L’ombre de la Croix (Poème de Noël)

A Bethléem dès l’origine
Sur la crèche du divin enfant
Qui s’endort tout doucement
L’ombre de la Croix se dessine

Peut-il venir de Nazareth
Quelque chose de bon ? Viens, et vois.
L’enfant est là tout près de toi
Tel que l’avaient dit les prophètes

Jeune rejeton sans splendeur
Roi sans éclat ni grande lumière
Son aspect n’a rien pour nous plaire
Rien ne dévoile sa grandeur

Ce bébé qui aujourd’hui crie
Ce sera cet homme qui se tait
Frappé, tel un agneau muet
Que l’on mène à la boucherie

Nos souffrances et nos douleurs
Nos fautes devaient nous frapper
Mais notre châtiment est tombé
Sur le Seigneur des seigneurs

Jésus, le bras de l’Eternel
Vient lui-même nous chercher
Pour proclamer cette vérité :
Il est seul le chemin du Ciel

A nous tous qui le méprisons
Et ne faisons pas cas de lui
Par ses blessures nous sommes guéris
Si par la foi nous le suivons

Qui a cru cette prédication ?
La foi vient de ce qu’on entend
De la Parole du Dieu vivant
Premier-né de la Création

Ne suivons plus notre propre voie
Sans demeurer à Bethléem
Avançons vers Jérusalem
Courbons nous au pied de la croix !

David, le 20/12/2017, suite à la méditation d’Esaïe 53

Voir aussi le poème « Bethléhem, Bethléhem »

Un commentaire sur “L’ombre de la Croix (Poème de Noël)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s