Poésie

L’ombre de la croix (poème de Noël)

A Bethléem dès l’origine
Sur la crèche du nouveau-né
Qui pleure dans le soir tombé
L’ombre de la croix se dessine

Joie dans les cieux, paix sur la Terre
Le Sauveur annoncé est né
Ce bébé vient pour apaiser
La juste colère du Père

Roi sans couronne ni lumière
Jeune rejeton sans splendeur
Rien ne dévoile sa grandeur
Son aspect n’a rien pour nous plaire

Cet enfant qui aujourd’hui crie
Sera cet homme qui se tait
Frappé, tel un agneau muet
Que l’on mène à la boucherie

Le vol pesant de nos remords
Nos fautes devaient nous frapper
Mais ce châtiment est tombé
Sur l’enfant qui bientôt s’endort

Jésus, le bras de l’Eternel
Descend de son trône de gloire
Boire la coupe qu’il doit boire
Et ouvrir les portes du Ciel

A nous tous qui le méprisons
Nous qui avons perdu la vie
Par ses blessures il nous guérit
Si par la foi nous le suivons

La foi vient de ce qu’on entend
Et ce qu’on entend vient de lui
Lui par qui tout est accompli
Oui, le Fils de Dieu est vivant

Ne suivons plus nos propres voies
Sans demeurer à Bethléem
Avançons vers Jérusalem
Courbons nous au pied de la croix !

David, le 20/12/2017, révisé le 19/12/2018

Voir aussi sur La Réb : Pour Noël, passez de la crèche à la croix

Voir aussi le poème « Bethléhem, Bethléhem »

1 réflexion au sujet de “L’ombre de la croix (poème de Noël)”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s