Poésie

La source de l’eau vive !

Lorsque ta vie est un désert
Une vaste terre desséchée
Et que plus rien ne te désaltère
Ce poème t’est destiné !

Toi qui as soif, ô ! Viens au puits
À la source de l’eau vive
Oui ! Elle se nomme Jésus-Christ
Cette source fait revivre !

Non ! Jamais elle ne tarira !
Cette eau vive est jaillissante
Viens en ce jour ne tarde pas
Pour une vie triomphante.

J’irai puiser à la source
Et mon âme sera bénie !
C’est là que je me ressource
Par la puissance du Saint-Esprit.

Les autres sources étaient amères
Ne pouvant me désaltérer
Et moi je ne savais que faire
Toujours en quête de vérité.

Mais maintenant en Jésus-Christ
Je suis satisfait, rassasié
Car son eau vive donne la vie
Et la vie pour l’éternité !

Lecture : Jean 7 v 37/38 :
 Jésus se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture.

Ce poème est également sur mon site de poésie:
http://www.poesie-chretienne.com/la-source-de-l-eau-vive.html

Oui ! Chaque génération a cherché et cherche toujours dans ce monde ce qui lui apportera la vérité, la paix et tout ce qui apportera le bonheur. Mais il semblerait que l’histoire se répète et que ce que disait le prophète Jérémie, est hélas toujours d’actualité : « Ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l’eau » (Jérémie 2 v 13).

N’est ce pas ce que nous constatons autour de nous ? Un monde assoiffé, mais qui refuse de venir à la source, s’obstinant à se désaltérer aux sources d’ici-bas qui tarissent bien souvent avant d’avoir désaltéré quiconque s’en ai approché. C’est ce que dira Jésus-Christ à la femme samaritaine : « Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4 v 13/14).

Ce siècle matérialiste devait changer notre vie et apporter enfin les réponses tant attendues ; mais nous constatons que Dieu avait raison, et que c’est bien lui le seul capable de nous désaltérer et de satisfaire notre âme.

Puissions-nous aussi répondre comme cette femme de Samarie : « Seigneur, donne-moi de cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici » (v 15).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s