Classiques, Poèmes Classiques

Un roseau, par Zacharie de Vitré

Mon âme est un roseau faible, sec et stérile,
Dépourvu de moelle, et sans fin se mouvant
            Au premier gré du vent,
Tant il a d’inconstance en son être fragile.

Au moins si ce roseau ne t’était qu’inutile;
Mais c’est lui, mon Sauveur, qui te frappe souvent,
           Et pousse plus avant
Cet outrageux buisson dont ton beau sang distille.

Mon Jésus, si tu veux retirer quelque fruit
Du roseau de mon âme, après l’avoir produit,
Trempe-le dans ton sang, lui qui le fait répandre;

Et puisqu’il est si faible, et si vide, et si vain,
Afin que d’inconstance il se puisse défendre,
           Porte-le dans ta main.

Zacharie de Vitré (XVIIe siècle)

Tiré de Woodpecker, Gila. Vers de Ciel: Anthologie de poésies évangéliques, Ed ThéoTeX. (voir sur Amazon).

Vers de Ciel: Anthologie de poésies évangéliques par [Woodpecker, Gila]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s