Poésie

Las, l’abeille pourtant…

Las, l’abeille pourtant

Persévère et reprend

L’ascension de ce verre

Qui la fait prisonnière.

Pourtant une fenêtre

Est ouverte à côté

Qui, là, à moins d’un mètre

Offre la liberté.

L’abeille ne voit pas

Et poursuit ses efforts

Vains. Jusqu’au trépas ?

Car l’obstacle est trop fort.

Je lui tends une règle,

Cherchant à la guider.

Elle me croit espiègle

Ou mal intentionné(e)

Et s’obstine, inlassable

Face au verre incassable.

Je voudrais la saisir

Et lui forcer la main,

L’aider à s’en sortir,

A gagner le jardin

Mais en allant trop vite,

Je pourrai la blesser ;

À nouveau elle évite

Les gestes esquissés.

Je la laisse frayer

Ces chemins inutiles ;

Je crains de l’effrayer

Et qu’alors elle file

Dans le sens opposé

Ou me laisse sa vie

Dans son dard apposé

Sur la main qui dévie,

Qui s’oppose sans cesse

À sa volonté propre,

À cette route impropre ;

Cette main qui l’oppresse.

J’ai pensé à mon Dieu

Qui bien souvent attend

Que je renonce à « mieux »

Que l’aide qu’Il me tend.

J’ai pensé à ces fois

Où je crois tout savoir

Et m’épuise parfois

Après de faux espoirs.

Lui a la vue d’ensemble

Et les capacités

Alors que moi je tremble

Aveugle en tous côtés.

Poetyc

Poème à retrouver sur mon site.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s