Poésie

Par la foi!

Tu es insignifiant
Devant ce Philistin
N’est-il pas ce géant,
Que tout le monde craint ?

Il est plein d’arrogance ;
Tu marches par la foi !
Méprisant ton enfance,
Toi tu ne l’entends pas.

Tu sais par expérience
Que ton Dieu sera là
En lui tu as confiance
Il lèvera son bras.

« Non pas cette cuirasse
Je ne peux plus marcher !
Que l’on m’en débarrasse
Ainsi que cette épée ! »

Ne voulant pas d’armure,
Si peu accoutumé
Une arme bien plus sûre !
C’est Dieu qu’il faut prier.

Quelques pierres du torrent
À la main une fronde
Au nom du Tout-Puissant
Le voila qui s’effondre !

Et pour nous la victoire ?
Ni la force, ni l’âge !
Que ce soit notre histoire
Par la foi le courage.

Si devant nous s’avancent
L’épreuve et ses géants
En Christ plein d’assurance
Marchons tous triomphants !

Lecture 1 Samuel 17 v 50

« Ainsi avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin… »

Qui ne connaît pas cette histoire de David face au géant ? Mais n’est-elle pas devenue aux yeux d’un grand nombre une légende des temps anciens, qui n’aurait plus sa place dans notre monde moderne ? Pourtant cette histoire est réelle, et un jour ce combat fut mené par ce jeune garçon qui vainquit cet homme hors norme par sa stature impressionnante. Cette défaite du géant face à ce faible garçon, a été consignée dans le Livre de Dieu, pour nous apporter un enseignement : Avec Dieu nous pouvons nous en sortir, même si nous sommes confrontés à un géant, que nous pouvons nommer, maladie, ou différentes épreuves de la vie.
Ne l’avons un jour ou l’autre croisé sur notre route et trop souvent il nous a terrassé ; mais maintenant nous avons la possibilité de le vaincre au nom de Jésus-Christ.
En suivant le ministère de l’apôtre Paul, décrit dans le livre des Actes et de ses différentes lettres, nous constatons que le géant se trouvait souvent sur son chemin, mais il pouvait dire : « Quelles persécutions n’ai-je pas supportées ? Et le Seigneur m’a délivré de toutes » (2 Timothée 3 v 11). Et poursuivant son écriture, il ajoutera, comme pour sceller cette réalité bénie : « Et j’ai été délivré de la gueule du lion. Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise » (4 v 17-18).
Humainement parlant Paul se retrouvait devant des géants qui se dressaient devant lui, mais lui aussi, comme David, il s’appuyait sur le Seigneur. À nous de faire de même !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s