Enfants, Prose

Mamou, ou les colliers de larmes de prières

Histoire pour enfants

Mamou et Tika sont sœurs. Autant Mamou, l’aînée, semble réservée et sérieuse, autant Tika, la cadette, est coquine et malicieuse. Elle aime sauter, courir, faire des acrobaties et jouer des tours, ce que n’apprécie guère Mamou.

Mamou est souvent en colère. Elle est fâchée par le comportement de Tika qui se moque de tout et que rien n’arrête.

Très souvent, dans sa chambre le soir, quand toute la maisonnée dort, Mamou sert les poings de rage et pleure sur son oreiller…

Un soir, une petite voix se fait entendre :

— Demande et on te donnera…

Mais Mamou ne l’entend pas.

Le temps passe et rien ne change ; ni les bêtises de Tika, ni les colères de Mamou, ni ses pleurs le soir, quand elle se retrouve seule dans sa chambre.

Et puis un jour, Mamou se sent encore plus découragée.

Maman est très malade ; tellement malade que le médecin l’envoie à l’hôpital. C’est Grand-mère qui vient chercher les petites filles à l’école maintenant, et aider Papa à la maison.

Quand il n’y a pas école, Papa, Mamou et Tika rendent visite à Maman. Intimidées, les fillettes se tiennent silencieuses, sans bouger, dans un coin de la chambre. Elles observent les infirmières qui vont et viennent et s’affairent autour du lit.

Papa reste tout près de Maman et lui prend la main.

Maman a le teint pâle. Ses grands yeux bleus sont tout fatigués. Elle fait de grands efforts pour rassurer Mamou et Tika en leur souriant…

Mamou est très abattue ce matin. Maman lui manque terriblement.

Elle tente de partager sa peine avec Tika. Mais Tika n’a que faire du chagrin de Mamou et se moque même de sa tristesse.

Les paroles de Tika remplissent Mamou de colère, une fois de plus. Et une fois de plus, alors que la nuit enveloppe la maisonnée, Mamou enrage et pleure, seule dans sa chambre. Elle pleure tellement que ses larmes mouillent son oreiller. Elle pleure toute sa tristesse et toute sa colère, jusqu’à ce que le sommeil la surprenne et l’emmène au pays des songes. Et cela se reproduit jours après jours, nuits après nuits.

Un soir, alors qu’elle se prépare pour aller au lit, Mamou se lamente en vociférant :

— Qu’est-ce que je pourrais bien faire pour que Tika cesse de m’embêter ? Qu’est-ce que je pourrais bien faire pour que Maman guérisse vite et revienne à la maison ?

— Cherche et tu trouveras ! affirme haut et fort une petite voix.

C’est la voix de Grignotte, la petite souris grise qui ne fait que passer d’un minuscule trou du mur au trou d’un autre mur.

— Chercher quoi, trouver quoi ? interroge Mamou, agacée.

— Et si tu leur offrais un collier de larmes de prières ? suggère Grignotte.

— Un collier de larmes de prières ? demande Mamou. Mais où puis-je trouver des colliers de larmes de prières ?

— Soulève ton oreiller !

Mamou tente de soulever son oreiller et dit :

— Il est trop lourd, je n’y arrive pas !

— Normal… Hier soir, tu étais tellement en colère que tu as pleuré des larmes de pierres. Secoue donc ton oreiller par la fenêtre puis vas te coucher.

Mamou attrape à deux mains son oreiller et le secoue vigoureusement par la fenêtre. Elle voit alors pleuvoir des tas de pierres qui, en touchant le sol font : bong, bong, bong. Puis elle se couche, selon les conseils de Grignotte.

Pour la première fois depuis bien longtemps, Mamou s’endort sans colère et sans pleurer.

Le lendemain, Mamou appelle Grignotte et lui dit :

— J’ai fait ce que tu m’as dit, hier soir. J’ai secoué mon oreiller et toutes les pierres sont tombées. Ensuite, je me suis endormie et j’ai fait de beaux rêves. Mais je ne sais toujours pas où chercher les colliers de larmes de prières pour Maman et Tika !

— C’est facile, répond Grignotte : frappe à la porte et on t’ouvrira.

— Quelle porte ? demande Mamou, surprise.

— Ce soir avant de t’endormir, prie Dieu de guérir ta Maman, et parle-lui de tes colères envers ta sœur. N’oublie surtout pas de le remercier pour son amour pour toi, et pour toutes ses bontés…

Le soir venu, Mamou fait exactement ce que lui a recommandé Grignotte. Au lieu d’enrager et verser des larmes de colère, comme à son habitude, elle prend le temps de parler à Dieu. Elle lui demande de guérir sa maman, puis elle pleure en lui racontant ses colères envers Tika. Elle remercie le Seigneur pour son amour pour elle et aussi pour tous les humains. Elle le remercie pour toutes les bonnes choses qu’il fait pour elle.

Mamou s’endort alors dans les bras de Dieu et passe une très bonne nuit.

Au matin, Mamou se sent bien reposée, heureuse et en paix. Elle appelle son amie Grignotte et lui raconte tout. Puis elle lui demande une fois de plus :

— Grignotte, où pourrais-je trouver des colliers de larmes de prières pour Maman et Tika ?

Grignotte lui sourit de son joli sourire de souris et lui dit :

— Prends un linge blanc et pose-le sur ton lit.

Mamou prend un linge blanc et le pose sur son lit.

— Maintenant, dit Grignotte, secoue ton oreiller au-dessus du linge.

Mamou secoue son oreiller sur le linge, au-dessus de son lit. Il pleut une multitude de minuscules cailloux bleus. Les petits cailloux bleus tintinnabulent en tombant. On dirait qu’un orchestre d’anges est arrivé directement du Ciel pour jouer une douce et joyeuse musique.

Grignotte dit alors :

— Maintenant, prend un autre linge et secoue à nouveau l’oreiller.

Mamou s’exécute et secoue à nouveau l’oreiller. Il pleut en quantité de délicats cailloux roses. On dirait des cœurs.

Un parfum de fleurs se répand dans la chambre. On se croirait au printemps !

— Avec ces délicats cœurs roses, dit Grignotte, tu confectionneras un collier pour Tika. Dimanche, tu offriras à chacune son collier et tu diras à Maman et à Tika que tu les aimes de tout ton cœur. Et rappelle-toi de toujours remercier Dieu pour son amour et ses bontés. Prie pour tous ceux que tu aimes. Souviens-toi que tu n’es jamais seule : Jésus se tient toujours à tes côtés. Quels que soient tes problèmes, il t’aidera, il te conseillera, il te guidera. Fais-lui confiance. N’oublie jamais qu’il t’aime. Tu es une pierre précieuse, à ses yeux…

Le dimanche suivant, Papa, Tika, et Mamou se rendent à l’hôpital. Arrivés à la chambre, ils découvrent Maman assise dans le fauteuil, près de la fenêtre. Son visage a retrouvé ses belles couleurs. Ses yeux brillent et sourient de bonheur.

Mamou et Tika sont soulagées. C’est sûr : Maman va bientôt guérir, pensent les petites filles.

Mamou profite de ce moment en famille pour offrir à Maman et à Tika de beaux paquets faits de papier doré.

Maman ouvre délicatement le paquet que lui tend Mamou en l’embrassant. Elle s’émerveille en portant le collier de larmes de prières à son cou. Les petits cailloux font joliment ressortir le bleu de ses yeux.

Tika, émue, ouvre à son tour le petit paquet. Elle en sort précautionneusement le collier de petits cœurs roses.

— Oh merci Mamou ! Merci ! Je ne savais pas que tu m’aimais tant. Pardon pour toutes les méchancetés que je t’ai faites. J’étais jalouse de toi, explique Tika, les yeux remplis de larmes de tendresse.

Quant à Maman elle annonce :

— Je suis guérie. Le médecin m’autorise à rentrer à la maison demain. Nous allons tous nous retrouver comme avant !

— Ouais, s’écrie toute la famille en même temps. Merci Seigneur !

Priez sans cesse.
1 Thessaloniciens 5.17

Chtaloun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s