Au Rédempteur, par Frédéric Chavannes

Tu m’as aimé, Seigneur, avant que la lumière
Brillât sur l’univers que ta voix a formé ;
Et que l’astre du jour, parcourant sa carrière,
Versât la vie à flots sur la nature entière ;
Mon Dieu tu m’as aimé !

Mon Dieu, tu m’as aimé, quand sur la croix infâme
On vit de jésus-Christ le corps inanimé ;
Quand, pour me racheter de l’éternelle flamme,
Ton saint Fils a porté les crimes de mon âme,
Mon Dieu tu m’as aimé !

Mon Dieu, tu m’as aimé, quand par l’Esprit de vie
Le feu de ton amour en mon coeur allumé
Ouvrit les nouveaux cieux à mon âme ravie.
Quand la paix fut en moi de sainteté suivie,
Mon Dieu tu m’as aimé !

Tu m’aimeras toujours ! Ni la chair, ni le monde,
Ni l’enfer, de tes dons n’arrêteront le cours ;
Où le mal abonda, ta grâce surabonde ;
A ton amour, ô Dieu, que mon amour réponde,
Toi qui m’aimes toujours !

Frédéric Chavannes (1803-1893)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s