La valise…

Tu attends sur la plage, une valise à la main

Dans ton cœur les images sages d’un repos ensoleillé, d’un arrêt bien mérité, toi qui ne mérites rien, rien d’autre que d’être là sur cette plage

Tu attends, une valise rouge à la main

Rouge comme un baiser

Tu voudrais prolonger le séjour

Dans l’appareil photo qui dort dans ton bagage,  il est question de toi, de nous et de bateaux partants au loin en jetant l’ancre et le déclin dans des flots prometteurs de lumière infinie

Il est question de notre Vie

Tu serres la poignée de la valise

Tu te souviens des tempêtes mais aussi des balises qui t’empêchaient de couler

La poignée est comme une bouée qui te permet de ne pas chavirer dans la crainte et le doute

Tu sais que tout doit disparaître, s’éparpiller

Ça te fait un peu peur

Grain de sable

Souffle du vent

Coquillage

Entends-tu le son du beau, de la Vie qui peu à peu a fait de toi une personne sage ?

Tu aimes le rivage et cette vie sans fin

Celle qu’Il t’a promise un matin où, tranquillement assise sur le bord d’une plage, tu lui as donné ton âme et  ton cœur dans un silence d’or que l’écume des vagues a emporté au loin

C’est un duo secret qui s’est formé soudain

Un duo de partage

L’horizon, c’est la promesse d’un repos lumineux

Tu ne veux pas te perdre ni oublier les souvenirs de ce séjour d’amour

Tu guettes de temps à autre un passant, un homme ou une femme à qui tu pourrais confier le secret de l’invisible

Tu jettes un regard sur les aiguilles de ta montre qui jouent à tourner en rond inlassablement

Leurs « tic tac » te bercent et te percent le cœur, tant le temps te parait fugace

Ta voix s’élève

Tu chuchotes des mots que seul Dieu peut entendre

Les vacances sont finies et tu vas repartir, avancer, cheminer dans le bruit de la ville

Mais tu seras en Paix, le cœur léger et reposé

Ce matin, sur le bord d’une plage, cette attente est un gage

Si le taxi ne vient pas, qu’importe, tu retourneras dans la chambre haute de cet hôtel particulier, là où ton cœur s’est ouvert sur l’infiniment beau d’un lever de soleil, puis de sa lente et délicieuse chute dans les flots rougeoyants le soir, quand les soupirs s’accommodent avec la brise légère pour te parler d’amour, de Son Amour parfait…

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. »

Jean 14 . 27

Désormais, tu sais et qu’importe le voyage, tu es en Paix…

Annick SB     mai 2018

Un commentaire sur “La valise…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s