La littérature chrétienne est-elle « gnangnan » ?

Il vous est peut-être arrivé de plonger dans un roman chrétien, plein de bonnes intentions, certain de passer un bon moment : « L’auteur est chrétien, je ne risque rien ». Mais après seulement quelques pages, c’est la désillusion : le roman est plat, insipide, dégoulinant de bons sentiments. Après cette douche froide littéraire, où vous cherchez encore la littérature, vous décidez finalement de revenir à une valeur sûre : les livres d’édification ou d’apologétique : « Au moins, on apprend des choses… ».
De toute façon, vous n’avez pas le temps, votre lecture quotidienne de la Bible vous accapare. « La Bible ne contient-elle pas les plus beaux livres littéraires ? ».

Alors, la littérature chrétienne est-elle « gnangnan » ? Comme dit Florent Varak, « la question est posée ».

Des auteurs humains avant d’être chrétiens

Soyons clair tout de suite, l’existence d’une littérature chrétienne ne va pas de soi. Avant d’être chrétiens, les auteurs sont des hommes, comme vous. Dans le pack de la conversion, ils ont bien eu le Saint-Esprit, mais sans l’option « littérature ». Laissez-leur donc le droit d’être mauvais, très mauvais même ; si vous n’aimez pas, n’en découragez pas les autres. Ce qui est insipide pour l’un est parfois « tellement romantique » pour l’autre. Le rayon de supermarché existe aussi chez les chrétiens et c’est plutôt une bonne nouvelle : la diversité veut toujours mieux que l’uniformité.

Plumes chrétiennes

Vous l’avez compris : vous trouverez certainement du « gnan-gnan » sur ce site, ne vous en déplaise. Mais alors pourquoi faire un site qui estampille ainsi une littérature comme chrétienne, si rien ne de la différencie de la littérature en général ? Pourquoi prendre le risque de crouler sous la médiocrité sentimentale ? Pour une raison simple : parce que nous croyons que Dieu parle à travers l’art. Dans la lignée de l’excellent collectif Majestart dédié aux arts visuels, nous croyons que Dieu peut utiliser la littérature dans son grandiose plan de sauvetage. Nous croyons aussi que la littérature peut vous édifier, vous fortifier dans la foi. Nous croyons enfin que Dieu donne des talents, que chacun doit faire fructifier. Au risque de déplaire.

Un livre inspiré par la Bible n’est pas forcément chrétien

Terminons par une dernière remarque. Tous les livres que l’on trouve dans les librairies chrétiennes ne sont pas forcément chrétiens. Je pense notamment à  quelques romans américains, qui sont certainement les plus grands spécialistes de la « gnangnanterie ». Il faut savoir que la majorité des romans en Amérique sont inspirés de la Bible : c’est une histoire de culture. L’opposition entre le bien et le mal est à peine discutable, tant elle est imprégnée dans l’imaginaire collectif américain. Certains livres vont tellement loin dans la niaiserie qu’ils en deviennent clairement en contradiction avec la Parole de Dieu. Nous sommes alors en droit de se poser la question de la réalité et de la profondeur de la conversion de l’auteur. Usons alors d’un droit inaltérable du lecteur : celui de ne pas finir un livre. N’en faisons pas une faire une affaire d’état : tout va bien.

5 commentaires sur “La littérature chrétienne est-elle « gnangnan » ?

  1. « la diversité veut toujours mieux que l’uniformité. »
    Je n’ai jamais pu comprendre l’intérêt de faire l’apologie de la diversité. En quoi la diversité des langues est-elle bonne (Genèse 7 : une malédiction après l’épisode de la la tour de Babel) ? en quoi la diversité des croyances est-elle bonne (Jean 14 : 6 : Jésus est le seul chemin vers Dieu ?
    Non, Etienne, la diversité n’a pas que des avantages, même si c’est un concept très en vogue en France actuellement. Jésus ne faisait pas du politiquement correct. Le chrétien devrait-il en faire ?

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire. C’est vrai que la formule à l’emporte-pièce « la diversité veut toujours mieux que l’uniformité » enfonce des portes grandes ouvertes. Mais tout de même, la diversité intellectuelle et culturelle ne permet-elle pas l’enrichissement mutuel ? La pluralité des conceptions n’est-elle pas le meilleur moteur des apprentissages ? Vous me parlez de différence de croyances, merci, mais ce n’était pas le sujet de l’article. Bien au contraire, notre croyance est le seul point commun entre nous, les rédacteurs du site. Le reste ? De la littérature.
      PS : Etienne n’a rien à voir avec tout ça 🙂

      J'aime

  2. Bonjour !

    Un lecteur vous salue et vous dit : « Super article, très intéressant, et super blogue, prometteur : bravo ! Et longue vie à lui ! »

    Sinon, tout à fait d’accord d’ « user de son droit inaltérable du lecteur : celui de ne pas finir un livre ». Mais sans oublier ce « devoir inaltérable du lecteur » : choisir de « bons livres ». Le devoir est aussi un droit, celui d’avoir accès aux « bons livres ».

    Et qu’est-ce qu’un « bon livre » ? Un « bon livre » est celui qui nous ouvre de nouveaux horizons, au contraire du « mauvais » qui ne nous offre que de « l’attendu ». Cela implique que nous soyons nous-mêmes ouverts et disponibles pour les « bons livres ».
    Ensuite, un « bon livre » est celui qui donne envie de le relire. Qui offre de nombreuses grilles d’analyses possibles, et de multiples renvois à d’autres œuvres, permettant une lecture dynamique. Enfin, un « bon livre » n’est pas à notre service : il doit nous stimuler et nous énerver. Car, rien de plus dangereux qu’un livre « à 100 % fascinant ou satisfaisant », ou pire, qu’un livre « qui nous délasse », le statut « pavé de plage » justifiant que l’on laisse son cerveau et son esprit critique au placard, sous prétexte que l’on cherche simplement du « divertissement ».

    Bien à vous et bien fraternellement,
    Pep’s

    J'aime

    1. Bonjour et bienvenue sur ce blog Pep’s ! Je suis très heureux de vous retrouver ici ! Merci pour votre commentaire très gentil qui nous encourage dans la construction de ce site. Je partage entièrement votre vision d’un « bon livre », notamment sur le fait qu’il doit nous donner envie de le relire. Il doit quelque part nous laisser un petit sentiment d’insatisfaction : celui de n’avoir pas tout saisi. Dès lors que l’auteur nous propose plusieurs niveaux de lecture, nous sommes en littérature….
      Nous espérons en tout cas vous proposer du contenu de qualité sur ce site, bien à vous également !

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour David, je vous remercie pour votre accueil, ainsi que pour vos encouragements ! Certainement, je trouverai (et je trouve déjà)du contenu de qualité ici !
        Bonne suite à vous, avec la meilleure inspiration possible, pour Sa gloire et l’édification de tous.
        Fraternellement,
        Pep’s

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s