Poésie

Du souvenir à l’espoir…

J’ai eu le plaisir de participer il y a peu au défi d’écriture organisé par l’excellent blog de la Plume Messagère sur le thème « Souvenir et Espoir ». Je vous propose aujourd’hui le poème écrit dans ce cadre. J’ai également répondu à une petite interview très aimable de la part de l’organisatrice, Gwen D (à lire après mon poème).


L’offrande de Juda et de Jérusalem plaira à l’Eternel,  comme aux jours d’autrefois, aux années de jadis. Malachie 3.4 (Semeur)

Ce sentier est si large à côté du chemin
Allons-y mon âme, mes pieds sont écorchés
Ce sable fin vaut mieux que ces rudes rochers
Laissons-nous enivrer par l’odeur du jasmin
Allons ! Cueillons le jour sans songer à demain

Où vas-tu, mon enfant ? Ne te détourne pas
Arrête et assieds-toi pour regarder le ciel
Songe à ce bel endroit où ruisselle le miel
Car ce sentier brûlant est celui du trépas
Considère à nouveau la valeur de tes pas

Ô l’eau de ce ruisseau est si paisible et claire
Que demain peut-être j’y boirai volontiers
Mais de rouge aujourd’hui j’ai été notifié
L’urgence de ma vie est ce clic éphémère
Je cours vers le plaisir sans le moindre repère

Où es-tu mon enfant, à travers ces vapeurs ?
Reviens vite au torrent de ton premier amour
Souviens-toi un instant par qui tu vois le jour
La rumeur de ce monde a envahi ton cœur
Dans mes commandements se trouve le bonheur

Père, est-ce bien toi qui parle dans le vent ?
Je suis à peu près mort terrassé par mes chutes
Le vol noir des remords ce soir me persécute
Mes luttes sont des lames aiguisées par le temps
Père où te caches-tu ? Est-ce que tu m’entends ?

Mon enfant, je suis là avec mon fils Jésus
Qui a tout accompli, lumière de la croix !
Viens, courbe ton âme devant l’éternel Roi
Qui a tout réussi et qui a tout vaincu
Pour te donner la vie, toi qui étais perdu !

Mes souvenirs de toi sont des sources d’espoir…

David, 07/03/2019

Pourrais-tu nous parler un peu de ce que tu as tenté de faire passer à travers ton poème ?
En découvrant le thème de ton concours, Espoir et Souvenir, j’ai immédiatement pensé au lien que fait la Bible entre les deux, comme dans ce verset d’Apocalypse : « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres. » (Ap. 2.5)
Ce verset fait écho à d’autres versets, comme celui que j’ai mis en exergue : « L’offrande de Juda et de Jérusalem plaira à l’Eternel,  comme aux jours d’autrefois, aux années de jadis. » (Mal.3.4)
La Bible nous appelle à nous souvenir de Jésus-Christ pour persévérer sur le chemin de la victoire. Notre cœur a la mémoire fragile : il a besoin de puiser chaque jour dans la grâce infinie de notre Père pour se souvenir de l’Évangile qu’il a reçu et reprendre espoir. Comme dans la très belle parabole du semeur, nous oublions facilement par qui nous avons la vie. Nos souvenirs de Lui sont des sources d’espoir, voila ce que j’ai voulu faire passer.

Quels sont les motivations qui te poussent à prendre la plume ?
Je partage ma créativité avec tous les hommes. Nous sommes tous créatifs car nous sommes tous faits à l’image de Dieu, quelles que soient nos croyances : il est évident que ce trait n’a pas été entièrement perdu dans la Chute. Cette créativité se manifeste sous différentes formes et de façon plus ou moins importante : le fait de décorer sa maison, d’entretenir son jardin ou de cuisiner est déjà signe de notre nature créative.
Cette créativité innée est l’ennemie de tous les systèmes hiérarchiques qui recherchent plutôt l’obéissance et l’uniformité. La créativité est difficilement contrôlable car elle est instable et personnelle. Prendre la plume est déjà un acte de résistance, il y a là quelque chose de l’enfance, une dissidence subtile qui grandit mieux dans des limites imposées.
J’ai choisi l’écriture parmi toutes les formes d’art tout simplement parce que j’aime la lecture (ou alors parce que je ne suis pas doué en musique ou dans les arts visuels, je ne sais pas trop :-). Un peu comme le peintre découvrirait sa vocation devant un beau tableau, j’ai commencé à écrire par amour des mots. Ma motivation par-dessus tout en tant que chrétien est la gloire de Dieu. Comme le dit John Piper, Dieu est « infiniment digne d’expressions verbales, musicales et visuelles toujours nouvelles ».

Quels sont les genres que tu préfères ? Pourquoi ?
J’apprécie beaucoup la poésie et les romans d’aventure ou historiques et, dans une moindre mesure, la Fantasy et le policier.
Mon goût pour la poésie est plutôt ancien : j’aime l’idée de pouvoir exprimer beaucoup avec peu de mots. Lire de la bonne poésie, c’est comme boire un bon café. C’est un voyage gustatif, une parenthèse indispensable après un repas copieux, mais il faut du temps pour mieux connaître et apprécier la qualité du grain et de la torréfaction.
Quant au roman historique, même si je n’en ai pas lu depuis un certain temps, j’aime beaucoup le mélange de la fiction et du réel. Les deux s’entremêlent à merveille et il est difficile de les différencier ; toute notre vie est un théâtre (Shakespeare).
J’aime beaucoup les romans et les nouvelles allégoriques, au sens large. Un bon roman (ou poème) est une œuvre que l’on peut relire plusieurs fois en découvrant à chaque fois  quelque chose de nouveau. Ces trésors que l’on découvre, bien au-delà des préoccupations esthétiques, sont le plaisir du lecteur gastronome…

Quel est ton parcours d’écriture jusqu’à ce jour ?
Mon parcours d’écriture a commencé il y a peu, avec le site Plumes Chrétiennes où j’ai écrit quelques poèmes et autres articles. Autant dire que l’on ne peut pas vraiment parler de parcours (rire). J’ai une une famille, un métier, une église et des lectures qui me prennent l’essentiel de mon temps et écrire n’est pas vraiment ma priorité : c’est plutôt selon le temps qu’il me reste.
J’ai créé le site/incubateur Plumes Chrétiennes en premier lieu pour découvrir et faire découvrir des auteurs, mon but n’était pas vraiment d’écrire moi-même. Il faut dire que je n’étais pas forcément un bon élève à l’école (pour ne pas dire que j’étais un cancre) et je ne suis pas certain d’être à ma place en tant qu’auteur. Je me suis quand même lancé pour les raisons que j’ai expliquées plus haut. Le format blog est très intéressant pour apprendre et essayer, sans trop de crainte. Ma motivation est intacte pour l’instant, mais je ne sais pas trop où est passé le temps (rire).

 Comment te qualifierais-tu, en tant qu’écrivain ? Pourquoi ?
Je ne me qualifierai pas en tant qu’écrivain, je n’ai rien publié de bien sérieux pour me définir en tant que tel (sourire) ! Je suis un blogueur qui balbutie quelques poèmes et qui aimerait prendre le temps d’écrire quelques nouvelles. Je ne sais pas si je veux devenir écrivain (voir la question suivante).

Enfin, pour toi, qu’est-ce que l’écriture ?
C’est une jungle ! J’y suis rentré il y a peu et, pour l’instant, j’étouffe un peu malgré la beauté de la végétation et des animaux sauvages. A quoi bon affronter la moiteur de cette forêt hostile ? Le travail qu’il me reste à effectuer pour parvenir à dompter ne serait-ce qu’un petit bout de ce méandre de lianes est énorme. Heureusement qu’il y a un fleuve au milieu qui me sert de point de repère, pourvu que je ne m’en écarte point…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s