Poésie

Le réverbère

Celui-là, se dit le petit prince […] serait méprisé par tous les autres, […]. Cependant c’est le seul qui ne me paraisse pas ridicule. C’est, peut-être, parce qu’il s’occupe d’autre chose que de soi-même.[1]

imageNon, ce n’est pas un phare éclairant l’horizon,
Ni l’astre dont l’éclat croit depuis le matin,
Et ce n’est pas non plus une bougie qui fond
Ni une lampe-torche indiquant le chemin…

Pourtant, il se tient là ; nimbant celui qui passe !
S’il éclaire nos pas, c’est grâce à l’allumeur
Qui vient au quotidien l’alimenter de grâce
Pour en faire jaillir la précieuse lueur.

Il sait que sa mission c’est guider le prochain,
Lui fournir son éclat pour éviter les heurts ;
Il ne prétend jamais éclairer le lointain,
Ni suffire à lui-même : tout vient de l’allumeur.

Sans pile, sans courant, sans cire, sans ressource,
Il sait qu’il a besoin qu’on s’occupe de lui ;
Qu’il lui faut chaque jour venir boire à la source,
Y puiser l’énergie pour éclairer nos nuits.

Le réverbère est là pour nous sortir de l’ombre,
Pour faire naître une étoile ou encore une fleur [1],
Accompagner les vies, épargner les encombres,
Diriger les regards vers sa flamme et son cœur…

Support interchangeable, il n’est rien sans sa flamme
Mais il peut être utile, doit être indispensable :
Consentir à briller, à éclairer les âmes ;
L’action de l’allumeur le rend inexcusable.

[1] Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince, XIV.

Ce poème a été publié pour la première fois sur mon blog :
https://poetyc.wordpress.com/2018/02/20/le-reverbere/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s