Poésie

Des ailes brisées !

J’aimais les voir voler, habillées tout de blanc
S’élancer vers le ciel, revenir en planant
C’étaient mes colombes, si douces et si belles !
Que je levais les yeux, au bruit de leurs ailes.

Ensuite elles se posaient, gardant leurs distances
Pour venir picorer, un surplus d’abondance
Quelques miettes jetées, les voilà rassurées !
En oubliant ainsi, qu’elles étaient en danger !

Un prédateur veillait, attendant le moment
Où il s’approcherait, des oiseaux doucement
Sans les épouvanter, pour les neutraliser
C’est ce qu’il fit un jour, et elles furent dévorées !

Cette fin dramatique, m’a pourtant enseigné
Que chaque enfant de Dieu, doit toujours s’élever,
Au dessus de la terre, et chercher les hauteurs
Pour mieux se protéger, à l’abri du seigneur.

Dieu parle d’une manière, et parfois d’une autre
Comme ces paraboles, expliquées aux apôtres
C’est pour nous avertir, que face au tentateur
Il faut rester prudent et veiller à chaque heure.

Lecture : Psaume 55 v 7 :
« Je dis : Oh ! Si j’avais les ailes de la colombe, je m’envolerais et je trouverais le repos ;… »

Vous pouvez retrouver ce poème sur mon site de poésie:
http://www.poesie-chretienne.com/des-ailes-brisees.html

 J’aurais souhaité ne jamais écrire ce poème, tant je m’étais attaché à mes colombes si paisibles pour l’âme. Je me sens un peu responsable de ce qui est arrivé. Je voulais vraiment les apprivoiser, pour  qu’elles ne soient plus apeurées à mon approche. Il arrivait même qu’une se pose sur mon épaule !

Elles se sentaient tellement en sécurité, qu’elles n’ont pas vu, ni moi non plus, qu’un prédateur les observait, attendant le moment propice pour les surprendre sans qu’elles ne se sentent menacées, et les neutraliser à jamais !

Finies les envolées ! Elles ont été victimes d’avoir trop séjourner sur le sol où elles étaient des proies faciles pour cet animal.

En tant que croyants nous sommes appelés à vivre sur les hauteurs spirituelles, même si nous sommes sur la terre et devons y accomplir nos tâches quotidiennes. Mais y séjourner à l’accès, peut nous rendre vulnérables et briser nos ailes, nous privant de cette ascension spirituelle. Dans notre lecture de ce Psaume, c’est David qui cherchait à s’envoler comme la colombe pour échapper à l’ennemi de son âme et il se sentait comme cloué au sol, paralysé par ses épreuves.

Pierre nous met en garde contre le grand prédateur de nos âmes : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme,… » (1 Pierre 5 v 8).

Enfant de Dieu ! Sois sage et prudent, pour conserver ton envol !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s