Jeux, devinettes, concours, Prose

Exercice de style

Viral

Il se tenait traitreusement tapi dans la trachée trop longue du jeune porteur de germes qui, vers midi, s’était présenté sur la plateforme javellisée d’un autobus de la ligne S, sournoisement coiffé d’un calot chirurgical, dont la bordure en triple hélice évoquait un ADN suspect. O jour de colère ! brusquement le vecteur humain infectieux se met à postillonner tout à l’entour, apostrophant son voisin sous prétexte qu’il lui pilonnait les métatarses chaque fois qu’un voyageur montait ou descendait. Du reste le redoutable épandage cessa bientôt, le virus s’étant empressé d’aller contaminer une place devenue libre.

Deux heures plus tard, je le revis gare Saint Lazare, qui s’efforçait de souiller le doigt d’un bon ami au jeune homme, en train de lui conseiller de diminuer l’ouverture de sa blouse en déplaçant un bouton vers le haut. « Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint… (Psaume 91)… » qu’il lui disait, l’ami, au gus infecté !

***

Les exercices de style de Raymond Queneau sont un amusement incontournable pour l’amateur écrivain. Expliquons, pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, en quoi ils consistent. Il s’agit de réécrire plusieurs fois une très courte histoire, toujours la même, de deux paragraphes seulement, en ne changeant que le style (ou plus exactement le ton ou la spécificité du vocabulaire, le style d’un auteur étant à proprement parler autre chose). Comme il est bien plus clair pour saisir le principe de lire quelques unes des 99 variations originales de Queneau lui-même, nous donnons plus bas un lien vers l’ouvrage. Certains des exercices de style ont été joués par les inoubliables Frères Jacques.

Histoire de base : Un voyageur monte dans un bus de la ligne S, sur la plate-forme, il remarque un jeune homme au long cou qui porte un chapeau bizarre entouré d’un galon tressé. Le jeune homme se dispute avec un passager qui lui reproche de lui marcher sur les pieds chaque fois que quelqu’un monte ou descend. Puis il va s’asseoir sur un siège inoccupé. Deux heures plus tard, le voyageur revoit le jeune homme devant la gare Saint-Lazare en grande conversation avec un ami qui lui conseille de faire remonter le bouton supérieur de son pardessus.

NB : Pour ceux qui trouveraient irrespectueuse l’utilisation de la Bible dans une histoire insensée, rappelons que le Psaume 91 est celui que le diable cite à Jésus au désert, pour l’inciter à pécher par présomption. Or dans l’épisode actuel du covid-19, certains activistes des medias évangéliques ont cru devoir arguer de ce Psaume, pour expliquer que les chrétiens seraient moins contaminés par le virus que la moyenne. Ce qui est évidemment aussi une présomption…

http://www.desmotsetdesidees.fr/medias/files/exercices-de-style.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s