Poésie

Pardon de l’idolâtre

J’ai eu bien des idoles
Que nul ne condamnait :
Le savoir et l’école
Peuvent nous faire chuter.

J’ai été le grand-frère
Condamnant le prodigue,
Marthe la cuisinière
Songeant à sa fatigue,

Tous se privant sans joie
De s’assoir à Tes pieds,
Soumis à une loi
Qui vint Te crucifier.

S’il n’y a aucun crime
Qui souille ma mémoire
Mon mal pourtant opprime
Mon Seigneur ! Nul espoir !

Qui pourrait témoigner,
Mon Dieu, en ma faveur ?
Mille fois j’ai péché
Et j’ai fait mon malheur ;

Mais le Christ à la Croix
M’accueille et me pardonne.
Mon défenseur, c’est Toi !
Me voici nouvel homme.

Poetyc
https://poetyc.wordpress.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s