Poésie

Histoire d’une maladie

Faut-il s’en souvenir ?
Celui qui devait porter
Toutes nos maladies
N’était pas encore apparu
Voués à la douleur et à l’épée
Nous étions sans guérison
Malgré tous nos subterfuges 
Malgré toutes nos médecines
Nous étions de grandes plaies
Puantes
Béantes
Ouvertes sur le vide
Voués à la douleur et à l’épée
Nous étions sans guérison 
Nos peurs devenaient indomptables  
La maladie figeait dans le temps les plus belles promesses   
L’espoir rendait son dernier soupir
Chacun allait là où le désir de guérir le porter      
Jusqu’au jour où celui que nous avions
Toujours attendu
Apparaisse
Y’avait-il un nom pour nommer notre maladie ?
Oui toujours !

Lecture : Jérémie 8:22

N’y a-t-il plus de baume de Galaad, ne s’y trouve-t-il plus de médecin ? Pourquoi donc n’a-t-on pas mis un bandage à la fille de mon peuple ?                                                                                                                                                                          

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s