Poésie

Seigneur, tu es…

Seigneur, Tu es…

Tu es l’onde sur la mer, la neige de l’hiver,

Tu es l’ocre du sable, poussière du désert.

Tu es le seul Chemin, Lumière dans les ténèbres,

Qui éclaire nos sentiers au-delà des frontières.

Seigneur, Tu es…

Tu es Dieu, Tu es Père ; celui que l’on espère.

Au milieu de nos guerres, de nos vies éphémères,

De toute éternité, Tu es ; de demain et d’hier,

En Toi seul, l’Espérance, et nos bouches en prière.

Que répondre Seigneur ?

À ceux qui doutent de Toi quand ils ne Te voient pas,

Qui disent « je ne crois pas » et rejettent la foi ?

Que Tu ne T’imposes pas et leur laisse le choix,

Ou de Te méconnaître, ou bien d’entendre Ta voix.

Que répondre Seigneur ?

Que Tu Te laisses trouver en Te faisant discret,

Que Tu ne T’invites pas dans un cœur satisfait,

Et ne frappe à la porte qu’aux âmes délaissées,

Car souffler n’est pas jouer, prier, c’est T’implorer.

En vérité, Seigneur…

Qui un jour de détresse, ne T’a sollicité ?

Quels vœux furent formulés, puis trop vite oubliés ?

Qui T’a juré des choses, réclamant Ta pitié ?

Le temps faisant son œuvre, les serments envolés.

En vérité, Seigneur…

Délaissées les promesses ; ces mots que l’on T’adresse,

Ces prières à confesse, au sein de la détresse.

Mais à  la repentance des âmes pécheresses,

Se joint Ton sacrifice, don de délicatesse

En vérité, Seigneur…

Un jour, on crie vers Toi. Un jour, on baisse les bras.

Un jour, on croise les mains, puis on poursuit son pas.

Mais après l’indolence, survient le désarroi,

Et jamais Tu ne laisses celui qui vient à Toi.

En vérité, Seigneur…

Oui, Tu réponds toujours aux soupirs d’un cœur lourd.

Ni trompettes, ni tambours, ni de lueurs autour,

Nos âmes sont tous les jours, un champ que Tu laboures,

L’enfant que Tu entoures, de Tes mains par Amour.

En vérité, Seigneur…

Oh Toi, l’unique juge, impartial, mais de grâce,

Qui rabaisse l’orgueilleux, chérit le malheureux,

Tu n’es pas une légende, une fausse croyance,

Tu es Dieu majestueux, Ton trône Glorieux.

Oui Seigneur…

Et mon âme bercée par l’émotion intense,

De Ta douce présence qui remplit d’évidence,

Je suis comme une danse dont Tu es la cadence,

Dans Tes bras, sur Ton cœur, de passions en nuances.

Oui Seigneur…

Tu es ce ressenti, admirable Saint-Esprit,

Dont l’Amour m’envahit et mon âme réjouit.

Toi, mon frère, cet ami qui m’a donné Sa vie,

Ta patience infinie me touche et m’éblouit !

Christ’in

2 réflexions au sujet de “Seigneur, tu es…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s