Le Forgeron d'Audresselles, Théâtre

Le Forgeron d’Audresselles (3)

PREMIER TABLEAU

Le bourg d’Audresselles, devant la forge.

Scène première

TAILLEBOS – MAUPRAT

TAILLEBOS

Sur les vaisseaux du roi
J’ai bien vogué ma foi.
J’ai livré des batailles
Et fait maintes ripailles
En combattant l’Anglois.

J’ai parcouru le monde,
Guerroyé sur les ondes,
J’ai affronté des cieux
Les assauts furieux
Sur la machine ronde.

Prisonnier en Hollande,
De la Frise en Zélande,
De Delft à Rotterdam,
Le Gouda et l’Edam
J’ai tasté sur commande.

Je reviens, libéré
Au pays désiré
Pour achever ma vie.
Sur ma côte chérie
Me voici retiré.

****

MAUPRAT

Mais que le Diable m’emporte si je n’ai pas en face de moi le fameux Maître Taillebos !

TAILLEBOS

Mauprat !

MAUPRAT

Quel vent t’amène à Audresselles ?

TAILLEBOS

Je jette l’ancre, et pour de bon ! Je me retire tout près d’ici, à Audinghen.

MAUPRAT

Assez navigué ?

TAILLEBOS

Assez navigué. Quarante ans médecin de la Marine royale, dix ans prisonnier aux Pays-Bas. Je reconnais que les planteurs de tulipes ne m’ont pas maltraité, mais à présent je me contenterai de regarder la mer de ma fenêtre, avec une bonne pipe et quelques bons livres, car ces maudits Hollandais m’ont donné le goût de la lecture.

Et tes enfants ?

MAUPRAT

Michel a maintenant vingt-quatre ans. Il nous est revenu après dix ans de service sur les vaisseaux du Roi. Ils en ont fait un solide garçon. Il pourra bientôt me remplacer à la forge.

TAILLEBOS

Et ta fille ?

****

MAUPRAT

Claire a profondément bouleversé ma vie,
Elle a chamboulé la maison,
Elle a chaviré ma raison
Et rempli de soleil ma vieillesse ravie.
Pour elle j’ai banni mes vieilles habitudes :
Plus de rhum et plus de tabac.
Elle a mené brillant combat
Pour éloigner de moi toutes ces servitudes.

De Dunkerque au Crotoy il n’en est de plus belle,
Irrésistible à nos regards,
Délicieuse à tous égards ;
Qui ne voudrait aimer la Claire d’Audresselles.

****

TAILLEBOS

Cette fille trouvée en mer m’a tout l’air d’un cadeau du Ciel. Prends garde, mon ami, qu’un beau pêcheur de la côte ne te la ravisse. Je crois qu’il lui sera facile de trouver un mari dans le pays.

MAUPRAT

Tais-toi ! Je t’en prie ! Cette idée m’est insupportable. Je ne veux pas qu’elle se marie. Il ne faut pas qu’elle quitte cette maison. Je ne veux pas la perdre.

TAILLEBOS

Tu ne seras pas le premier père à marier sa fille. Tout ceci n’est pas mortel.

MAUPRAT

Eh bien ! Je préfère mourir ! Et pourtant je vois bien qu’elle m’échappe déjà. Voilà qu’elle s’est mise en tête d’apprendre à lire.

TAILLEBOS

Le désir est louable. On apprend beaucoup de bonnes choses dans les livres.

MAUPRAT

Justement ! Que vais-je devenir, pauvre ignorant, quand elle sera instruite ? Elle va me mépriser ! Quand je pense que c’est dans ce coffret, trouvé avec elle, qu’elle a découvert ce livre. Elle veut apprendre à lire pour en déchiffrer les secrets. Ce livre, c’est son monde à elle. C’est lui qui la séparera de moi. C’est lui qui causera mon malheur. Ah ! Si seulement je savais ce qu’il dit !

TAILLEBOS

Ses parents n’étaient-ils pas des huguenots ?

MAUPRAT

Si fait.

TAILLEBOS

Alors, ce livre, je le connais bien. Tout le monde est protestant, en Hollande. Leur livre, c’est la Bible.

****

C’est le livre des huguenots
Qui tient lieu de Pape et de messe,
De sacrements et de confesse,
De prêtres et de cardinaux.
C’est le livre des huguenots.

MAUPRAT

Que dirait Maître Bocquillon
Si désormais dans ses offices
Nous faisions fi du sacrifice,
De l’encens et du goupillon ?
Que dirait Maître Bocquillon ?

TAILLEBOS

Le livre saint des protestants
Suscite la crainte et la haine,
Et la persécution vaine
Des catholiques professants,
Le livre saint des protestants.

****

MAUPRAT

Mais vous-même, que pensez-vous de ces gens et de leur livre ?

TAILLEBOS

J’ai rencontré beaucoup de protestants en Hollande. Tant qu’ils ne m’empêchent pas de boire de la bière et de fumer ma pipe, je n’ai rien contre eux. Pour ce qui est de la Bible, je ne dis pas qu’ils ont tort. Ils prétendent que c’est la parole de Dieu et qu’ils n’ont pas besoin de l’Église de Rome pour leur dicter leur foi et leur conduite.

MAUPRAT

Un jour, ces mécréants me l’enlèveront ! J’en suis certain. Mais je ne veux pas qu’elle s’en aille ! Je ne veux pas perdre ma fille !

(Entre Claire.)

www.lilianof.fr
https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s