Le Forgeron d'Audresselles, Théâtre

Le Forgeron d’Audresselles (4)

Scène II

TAILLEBOS – MAUPRAT – CLAIRE – MICHEL – CHŒURS

CLAIRE

Et depuis quand votre fille est-elle en perdition ?

MAUPRAT

Voyez l’espiègle qui écoute aux portes !

CLAIRE

Je passais seulement, et j’entends parler de moi.

TAILLEBOS

Voilà donc cet enfant arraché aux fureurs de la mer ! Sa beauté est remarquable.

CLAIRE

Merci !

MAUPRAT

Claire, ma fille, je te présente Maître Taillebos. Un vieil ami qui a navigué sur toutes les mers du monde, et qui a décidé de jeter l’ancre tout près de chez nous.

CLAIRE

Enchantée.

TAILLEBOS

Puisque votre père et moi nous connaissons depuis l’enfance, nous faisons pratiquement partie de la même famille, serait-ce vous offenser que de vous permettre de m’appeler « mon oncle » ?

CLAIRE

Pourquoi pas ? Je tâcherai d’être une nièce docile. Est-il vrai, mon oncle, que vous savez lire ?

TAILLEBOS

Oui, ma nièce. J’ai appris beaucoup de choses en voyageant sur tous les continents. C’est une chose merveilleuse que de savoir décrypter le message des parchemins.

CLAIRE

Oh ! Mon oncle ! Apprenez-moi à lire, s’il vous plaît. Je désire tant découvrir le secret de mon livre !

TAILLEBOS

Ce serait une joie, ma chère enfant. Nous pouvons commencer aujourd’hui, si vous voulez.

CLAIRE

Oh ! Oui ! Maintenant !

MAUPRAT

Canaille ! C’est ainsi que tu me trahis.

(Claire va chercher le livre et le montre à Taillebos.)

****

CLAIRE

C’est dans ce livre-ci que je veux étudier.
Ce livre muet, livre de mystère,
Je veux en déchiffrer le moindre caractère
Et dans ses mille pages apprendre à louvoyer.

TAILLEBOS

Mon enfant, je connais fort bien ce lourd volume :
Livre de Moïse, livre de Calvin,
Livre des apôtres, oracle divin.
Tant d’esprits inspirés l’ont gravé de leur plume.
C’est la Bible. Souvent, j’ai vu aux Pays-Bas,
Au cœur des foyers ses pages ouvertes.

CLAIRE

C’est le livre des découvertes.
Dites-moi, les Français ne la lisent-ils pas ?

TAILLEBOS

En Hollande, j’ai vu des protestants de France
Fuyant leur beau pays, persécutés,
Condamnés à l’exil, pour leur foi rejetés.
En ce livre ils avaient placé leur espérance.

CLAIRE

Pourquoi tant de souffrance ?

TAILLEBOS

Chère enfant, les pauvres humains
Ont le cœur tortueux et leurs mains
Trouvent plaisir à tourmenter leurs frères,
En guise d’amour, donner de la misère.
C’est ainsi que l’Église, en vaine jalousie
Pourchasse ceux qui croient de Christ la Parousie,
Sur le Saint livre ont bâti leur foi
Et sur celui qui souffrit en croix.

CLAIRE

C’est ainsi qu’au Cran-aux-Œufs
Périrent mon père et ma mère.
C’est ainsi que tous les deux
Bravèrent des flots la colère.

CHŒURS

Oh ! Quel effroi !
Quel désarroi !
Rames brisées !
Voile arrachée !
S’engouffrent les flots dans le bois trépané
Des navires éperonnés.
Les victimes damnées
Dans le gouffre abîmées…
Cette nuit-là, t’en souviens-tu ?
Le Cran-aux-Œufs, tel un fétu,
Brisa de tes parents la fragile nacelle.
Toi seule y survécus, t’en souviens-tu, la belle ?

TAILLEBOS

Plutôt que des hommes la haine
Plutôt que la corde et les chaînes.

CLAIRE

Hélas, pour leur tombe fleurir
Il faut à la fosse garnir
Car un sépulcre on leur refuse.
D’être au malin on les accuse.
Messire Bocquillon, notre curé,
M’a devant témoins assuré
Qu’ils brûlent à présent des flammes éternelles.

TAILLEBOS

Il a grand tort, ma jouvencelle.

MAUPRAT

Ah ! Ne dénigre pas ainsi notre recteur !
Cela nous portera malheur.

CLAIRE

De mes parents je veux suivre les traces,
Découvrir leur foi et trouver la grâce.

MAUPRAT

Ne vas-tu pas enfin te taire ?
Et toi ? La laisseras-tu faire ?
Renier le Saint-Père comme tes Hollandais ?
Voilà qui pour moi sent mauvais ;
Il faut sans plus tarder brûler ce livre
Avant qu’en ta Hollande elle veuille aller vivre.
Bien pis, que vers Douvres fuyant,
Elle périsse au sein des flots bruyants.

TAILLEBOS

Holà ! Mon pauvre ami ! Mais c’est la fin du monde !
L’Apocalypse ! Harmagueddon !

MAUPRAT

Je vous demande bien pardon…

CLAIRE

Et si c’est mon désir de voguer sur ces ondes ?
Sur la sainte parole embarquer,
Apprendre à naviguer
Sur ses pages
Au défi des brisants,
Toutes voiles aux vents,
Le front vainqueur, le cœur fervent,
Ne craignant ni naufrages,
Pirates ni brigands.

****

Eh bien ! Mon père Louis ! Comme je vous vois inquiet ! Il n’est pas question que je me sépare de l’Église, ou que je devienne hérétique, ou que je m’enfuie en Angleterre. N’ai-je pas le droit de vouloir élargir mon univers ? De lever l’ancre vers des rivages inconnus ? N’ai-je pas le droit de plonger mes regards dans un livre obscur qui a suscité tant de passions ?

TAILLEBOS

Ne te mets donc pas en peine, mon ami. Je veillerai sur ta fille comme si c’était la mienne. Et je ne veux rien d’autre que lui enseigner quelques rudiments. D’ailleurs, ma nièce, je vous invite à venir me voir tout à l’heure, chez moi, à Audinghen, avec votre bible. Vous y prendrez votre première leçon.

(Michel s’entretient à part avec Taillebos.)

MICHEL

Serait-ce abuser de votre temps et de votre bonté si je vous demandais, à moi aussi, de m’apprendre à lire ?

TAILLEBOS

Voici le vieux marin devenu professeur ! J’ai tout mon temps, à présent, et je craignais de m’ennuyer. Je vous enseignerai la lecture, à vous aussi, puisque vous formulez le noble souhait de vous instruire.

MICHEL

Pour être totalement franc et honnête, maître Taillebos, ce n’est pas tant la soif de m’instruire que… C’est difficile à dire… Vous savez que Claire… Elle n’est pas vraiment ma sœur, mais j’ai beaucoup d’affection pour elle. Si elle devient une personne importante… Et moi je ne serai toujours qu’un petit forgeron. Elle va me mépriser.

TAILLEBOS

Je reconnais bien là le fils de votre père ! Votre crainte n’est pas fondée, mon garçon. Claire a le cœur trop pur pour nourrir de tels sentiments. Néanmoins, je vous apprendrai à lire, à vous aussi, puisque tel est votre désir. Nous verrons lequel de vous deux apprendra le plus vite.

www.lilianof.fr
https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s