Poésie

Qu’as-tu changé, Noël ?

Qu’as-tu changé, Noël,
Pour que la fête soit belle ?
Qu’as-tu changé, Jésus,
Pour qu’on chante ta venue ?
Comment veux-tu qu’on fête, sur cette terre de misère,
Comment veux-tu qu’on chante, les pieds dans la galère ?

Des enfants que l’on tue, j’ai cru en voir encore,
Et des parents qui pleurent, même si Hérode est mort !
Des peuples qu’on opprime, des traitements inhumains,
Ça recommence toujours, avec d’autres romains !

Des familles, des Joseph qui paniquent totalement,
Des jeunes Marie enceintes, j’en vois encore tellement,
Et des bergers trop pauvres, des problèmes de logement,
Et des gens sur la paille, ça se passe maintenant !

Je vais aller moi-même dénoncer ce désordre :
« Noël n’a rien changé, et j’ai envie de mordre ;
La terre tourne si mal, j’en ai mal à la tête.
On devrait interdire de vouloir faire la fête ! »

Je me suis mis en route, mon sac plein de colère,
Pour dire deux mots aux mages et leur étoile polaire !
Pour passer un savon aux bergers tout sourire,
Et dire à ce bébé qu’il n’y a pas de quoi rire !

J’ai mis un peu de temps, pour arriver là-bas,
Et moi qui pensais prendre un bébé dans les bras,
C’est un grand charpentier qui est venu m’ouvrir ;
Ses mains étaient percées, il avait dû souffrir !

Il m’a pris dans ses bras pour pleurer avec moi
Sur un monde assez dur pour fabriquer des croix.
J’aurais dû vite m’enfuir, et ne rien écouter,
Mais je suis resté là, étonné, dérouté…

La suite parlait d’un Père qui m’aimait à mourir,
C’est moi plus que le monde, qu’il voulait conquérir.
Et là, au fond de moi, comme au premier Noël,
Une lumière a brillé : mon Dieu, comme elle est belle !

Qu’as-tu changé, Noël,
Pour que la fête soit belle ?
Qu’as-tu changé, Jésus,
Pour qu’on chante ta venue ?
Le monde est bien souffrant, et il me fait pleurer,
Mais je me sens aimé, alors je vais chanter !

Jean-Philippe Chapey, décembre 2012

Petite histoire de ce poème
Le 14 décembre 2012, le petit village de Sandy Hook, aux Etats-Unis, perdait 28 personnes dont 20 enfants dans une tuerie. La Syrie s’enfonçait dans une guerre civile sous les regards de l’Occident impuissant et pourtant bien informé. La France voyait son taux de chômage passer la barre des 10%… Et moi, je préparais Noël…

Ce poème est extrait de « Cueillir la beauté » de Jean-Philippe Chavey, un très beau recueil de 25 poèmes sur la nature et la foi illustrés par 20 photos de la nature. Le livre a déjà été vendu à 1200 exemplaires et vous pouvez encore le commander sur le site de l’auteur en suivant ce lien. Merci à lui de nous l’avoir envoyé pour une publication sur Plumes Chrétiennes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s