Poésie

Harmaguédon (par Cyril Chamard)

Les perles du dragon ornent les fronts royaux,
L’aube rouge accable les soldats par millions ;
Parmi les rois se tient le prophète, le faux,
Et la bête, sur les collines d’Harmaguédon.

Cette veille d’une bataille de renom,
Les soldats harassés par sept ans de fléaux ;
Vivent grâce à la haine et à l’illusion,
Prêts à se battre face au Très-haut.

Trois esprits errent dans les camps d’Harmaguédon,
Et le prophète, qui fait croire aux héros ;
Et la bête, pour plus de gloire et d’acclamations,
Face aux anges, aux rachetés et Jésus bientôt.

Déjà la nuit passe et surgissent les chevaux,
Dans l’azur éventré, des brillantes légions,
A leur tête “Celui qui est” lance l’assaut…
C’est un monde nouveau qui parait sur les monts…
.                                               D’Harmaguédon

Cyril Chamard 

Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte! Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon. Ap. 16 13-16

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s