L’athée et le chrétien (réflexion sur le Psaume 14)

L’athée foule la Terre de son pas déterminé, écrasant tout sur son passage. Il dit dans son cœur « Il n’y a pas de Dieu » et se félicite de cette pensée inventive. Il en est si fier qu’il en parle à tout le monde, écrit un livre, passe à la radio, fait des conférences ; tout le monde applaudit. Quand il ne fait pas cela, il fait des choses odieuses ; tout le monde applaudit. Il marche ainsi avec d’autres, dans une foule compacte et grise. Il ne sait pas où il va – quel bonheur ! Il regarde ses pieds sans voir le ciel. Il n’adore pas Dieu – ah ça non ! – Il adore n’importe quoi¹: l’argent, le sexe, les objets, lui-même, les autres… Il n’en a jamais assez, il en redemande, encore plus, toujours plus…

Le chrétien foule lui-aussi la Terre. Son pas est doux comme une caresse, il ne blesse pas le sol. Il a les yeux tournés vers le ciel et le cœur rempli de Dieu. Il est bon, patient et joyeux. Il respire la bienveillance et brille d’une lumière indescriptible. Il est tel un arbre aux vastes ramures et aux fruits si nombreux qu’on ne les compte plus. Il considère la sagesse comme sa sœur et accueille l’intelligence comme une amie². Il annonce tout autour de lui la bonne nouvelle ; personne ne l’applaudit. Il marche humblement par l’Esprit avec d’autres pèlerins au milieu des ronces et des épines ; personne ne l’applaudit. Il n’adore que Dieu et passe du temps dans la prière, la médiation de la Bible et la louange.

Quand l’athée rencontre le chrétien, le duel s’amorce : qui frappera le premier ? C’est l’athée qui lance les hostilités, dans un rire tonitruant :
– Tu es fou ! Dieu n’existe pas, il faut en finir. Où est-il ton Dieu, dans les malheurs et les souffrances de notre monde ?
L’uppercut fait mal, le chrétien encaisse. Il est temps pour lui d’utiliser sa botte secrète : le verset biblique ! Il lui en revient justement un en mémoire, le verset 1 du psaume 14 : le fou dit dans son cœur : « Il n’y a pas de Dieu ! ». Il tient sa réplique :
– Ce n’est pas moi le fou, c’est toi ! Quelle folie de ne pas voir Dieu autour de nous alors que tout nous parle de Lui. Le moindre amphibien, la moindre cellule, la moindre bactérie chante le Créateur !
[L’intégralité du débat ne sera pas retransmise ici. Si vous voulez connaître la suite, engagez cette discussion avec vos amis…]

Nous retrouvons le chrétien peu après, bien décidé à relire le Psaume 14 qui l’a tant fortifié face aux assauts terribles de l’athée. Il passe directement aux versets 2 et 3 :
« Du haut du ciel, l’Eternel observe les hommes pour voir s’il y en a un qui est intelligent, qui cherche Dieu :  tous se sont éloignés, ensemble ils se sont pervertis ; il n’y en a aucun qui fasse le bien, pas même un seul. »
Il lit, relit et relit encore : « Pas un qui fasse le bien, pas même un seul. » Pardon ? Le chrétien dit dans son cœur « Ce n’est pas possible. Je suis quand même bien meilleur que l’athée ». Il se débat devant ce constat affreux de l’Eternel son Dieu. « Tous mes efforts seraient-ils vains ? » Il perd patience, remet la Parole en doute, s’énerve. Il ne brille plus, il est comme un arbre malade….

C’est alors que Dieu le regarde et lui dit :
– Sèche donc tes larmes, viens et réjouis-toi
Tu ne m’as pas cherché : souviens-toi de la croix
Mon fils Jésus sur les monts de Jérusalem
Est mort à ta place ; il est ressuscité
Pour te donner la vie… c’est dire si je t’aime
Tu as de la valeur, non pour ce que tu fais
Mais pour ce tu es, mon enfant racheté
Repends-toi chaque jour de ta nature athée
Tu es cet insensé qui n’adore pas que moi
Si souvent toi-aussi tu fais n’importe quoi
Mon enfant, qu’as-tu qui ne t’ait été donné ?³
As-tu une raison de te glorifier ?
Non, certainement pas ! Viens te réfugier
Dans ma puissante main qui dit ma majesté…
– …

[1] G.K Chesterton, paraphrase de Rm 1.23
[2]Proverbes 7.4
[3] 1 Cor. 4.7

Petit texte écrit suite à la méditation du Psaume 14.

Vous bafouez l’espoir du malheureux ? Sachez que l’Eternel est son refuge. Ps.14 v.6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s