C’est la qualité de l’auteur qui permet la qualité de l’œuvre (Par Laura)

Le premier jet de mon roman est terminé : un exploit à mes yeux ! Et pourtant ! Je sais que je ne suis qu’au tiers du travail. Maintenant, je subis la phase où on relit son premier jet fiévreux et où, décidément, ce n’est pas encore ça. La multitude de passages creux, ennuyants ou confus me laisse apercevoir le chemin qu’il reste à parcourir…

J’ai essayé de rafistoler ici et là, de rajouter, d’enlever. J’ai repris ces bouts de matière littéraire tissé par mes soins, mais le texte ne fonctionne toujours pas. J’ai lu tout ce qu’il fallait que je sache pour améliorer mon manuscrit, tous les trucs et les astuces des écrivains expérimentés. Mais j’ai l’impression que quoique je fasse, ça restera mauvais, à moins de comprendre ce qui forme le cœur de cette histoire, et de donner une tranche de mon âme au texte. Car à quoi bon tant transpirer, si c’est pour écrire des banalités ?

J’ai mis mon cerveau au travail et il m’a dit que je devais écrire mon histoire avec…

Lire la suite sur le site The Little Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s