Poésie

Ce jour là !

La nuit vint sur la terre
Couvrant de son manteau
Le monde et sa misère
Par le don de l’Agneau.

Sur la croix du calvaire
Au milieu des brigands
Le Dieu de l’univers
Sacrifiait son enfant.

Et s’adressant au Père
Dans un cri déchirant
Lui fit cette prière
La prière du mourant :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

On lui donna à boire,
C’était du vinaigre !
Qui aurait pu le croire,
Jésus, l’homme intègre ?

Mais tout fut accompli
Et dans un dernier cri
Jésus rendit l’esprit.
Le voile se déchira
Et du haut jusqu’en bas
Même, la terre trembla !
Les rochers se fendirent
Des sépulcres s’ouvrirent
Et des morts sortirent.

Le prix était payé
Par le don de sa vie
Et nos vies épargnées
À Dieu, un grand merci !

Totale fut la victoire
Quand Christ ressuscita
Enfin s’ouvrait l’espoir
Lorsque la pierre roula.

Lecture : Matthieu 27 v 45 et 46 :

 « Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre. Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : Éli, Éli, lama sabachthani ? C’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Poème également sur mon site de poésie :
http://www.poesie-chretienne.com/ce-jour-la.html

 « Ce jour là », fut un jour où tout allait changer pour l’humanité toute entière, car en donnant sa vie, Le Fils de Dieu mettait à terre et pour toujours les agissements de l’adversaire de nos âmes. Il rétablissait le pont entre Dieu le Père et les hommes alors que le péché l’avait rompu. « Ce jour là », que de souffrances devait endurer celui qui étant sans péché était venu pour cette mission unique et salvatrice. Arrêté, jugé, condamné, frappé de coups ; lui qui n’avait fait que du bien, en aimant, en guérissant les malades et en délivrant tous ceux que l’ennemi avait liés. « Ce jour là », tout bascula, et les Évangiles décrivent cette scène terrible de la crucifixion, depuis le tribunal jusqu’au mont Golgotha. Dieu donna un signe à tous par ces ténèbres  qui enveloppèrent la terre pendant trois heures. Dieu manifestait sa douleur en donnant son Fils qu’il condamnait à notre place.

Puis le voile du temple qui se déchire, ouvrant l’accès à la présence de Dieu ; et la terre qui tremble, les rochers se fendent et même des sépulcres s’ouvrent et les corps de certains saints ressuscitent.

« Ce jour là », tout était accompli, par l’œuvre de Jésus-Christ, qui ressuscita le troisième jour comme il l’avait annoncé. La victoire était totale ! Le Christ vainquit la mort !

« Ce jour là », doit rester gravé dans notre cœur, et nous pousser à aimer notre Sauveur et à l’adorer. Amen ! Merci mon Dieu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s