Ados, Enfants, Théâtre

Les petits gâteaux de Noël (4/4)

Acte 4 – retrouvailles

Personnages :
ERINO DAPOZZO
PASTEUR
CHEF DE CAMP
MADAME (l’épouse du chef de camp)
ENFANT 1
ENFANT 2
REPRESENANT CHORALE

Possibilité de rajouter un enfant.
Possibilité d’enlever le pasteur, ou l’épouse, ou l’un des enfants.

Décor :

Cette fois, Dapozzo est bien habillé.
Une table, un petit sapin décoré.

NARRATEUR
     Madame Dapozzo étant originaire de Suisse, elle finit par s’y réfugier avec ses enfants. Erino Dapozzo put les rejoindre grâce à un visa signé de la main de Himmler lui-même, chef de la police allemande et l’un des plus hauts dignitaires d’Allemagne. Parmi plus de 14 millions de prisonniers de ce pays, il fut le seul à obtenir cette faveur. Il retrouva enfin sa famille le soir du 27 mars 1945, mais ça, c’est une autre histoire. Nous voici de retour en Allemagne, dix ans plus tard, dans une certaine maison à Metlach…

On allume la lumière. Le chef de camp et sa femme sont assis à table. Leurs enfants discutent à part.

ENFANT 1
Tu sais que Papa parle à nouveau de déménager ?

ENFANT 2
Et à changer de nom de famille ?

ENFANT 1
Sans doute aussi

ENFANT 2
A force, je ne sais plus comment je suis censée m’appeler.

ENFANT 1
Actuellement, c’est Dietrich.

ENFANT 2
Avant, c’était Mooser et encore avant Taler. A moins que c’était le contraire. Pff.

ENFANT 1
Il fait tout cela en espérant que personne ne le retrouve jamais.

ENFANT 2
Je sais. Il a toujours peur.

ENFANT 1
Moi aussi j’ai peur. Imagine que quelqu’un se pointe un jour pour se venger !

ENFANT 2
Arrête ! Ne parle pas de ça !

On frappe à la porte. Les deux enfants sursautent. Le chef de camp se lève. Sa femme aussi.

CHEF DE CAMP
Entrez !

Le pasteur et Dapozzo font mine d’entrer. Ils se retrouvent face à face, mais le chef de camp ne reconnaît pas Dapozzo.

PASTEUR
Bonjour Monsieur, je suis pasteur dans la Saar et j’accompagne mon ami Dapozzo. Il désirait beaucoup vous revoir.

DAPOZZO
Bonjour, chef de camp ! Vous me reconnaissez ? Je suis le numéro 195…

CHEF DE CAMP
(Inquiet) Non… Je devrais ?

MADAME
(Lugubrement) On t’a retrouvé !

DAPOZZO
Vous savez, celui des petits gâteaux de Noël…

Le chef de camp blêmit soudain. Il reconnaît Dapozzo.

LE CHEF DE CAMP
(D’un ton immensément misérable) Vous ! Vous venez pour vous venger.

DAPOZZO
(D’un ton amusé, mais pas méchant) Oui ! La vengeance commence ! Vous savez, Monsieur le chef de camp, et Madame aussi, le pasteur et moi nous avons justement soif. Vous nous feriez une petite tasse de café, s’il vous plaît ?

CHEF DE CAMP
(Apeuré) Bien sûr ! Bien sûr !

PASTEUR
Et pour accompagner le café, nous vous avons apporté une tourte et des petits gâteaux !

DAPOZZO
(Avec amusement) Mais ce ne sont pas ceux de ma femme[1], malheureusement.

Le chef de camp et sa femme s’empressent de « faire » du café et apportent les tasses sur la table.

PASTEUR
(A l’adresse de Dapozzo, en gloussant) C’est toi le chef de camp, tout d’un coup !

Tous se mettent autour de la table, font mine de boire du café et de manger des petits gâteaux.

DAPOZZO
Mmmmh ! (En sirotant son café, avec humour) C’est merveilleux la vengeance ! (Avec sérieux) Je suis venu pour vous pardonner une fois encore. Pendant DIX ans, chef de camp, je vous ai recherché et j’ai prié pour vous en demandant à Dieu cette rencontre. Et Dieu m’a exaucé maintenant.

CHEF DE CAMP
(Incrédule) Alors vous m’aviez réellement pardonné, ce soir-là ?

DAPOZZO
Mais oui ! Mais le pardon dont vous avez le plus besoin, ce n’est pas le mien, mais celui de Dieu, car il jugera chacun.

CHEF DE CAMP
(Lugubre) Le jugement ! Voilà des années que je me cache pour échapper au jugement.

PASTEUR
Vous pouvez échapper au jugement des hommes, mais pas à celui de Dieu. Etes-vous en paix, êtes-vous heureux, à vous cacher tout le temps ?

Le chef de camp secoue douloureusement la tête.

DAPOZZO
Vous savez, chef de camp, vous portez sur votre cœur et sur votre âme, un grand fardeau de péchés. Plus jamais dans votre existence, vous ne serez un homme heureux. C’est impossible. Seul quelqu’un peut vous sauver : c’est Jésus. Il pardonne tous les péchés quand on vient à lui repentant, tel qu’on est.

CHEF DE CAMP
Jésus ? Qui est-il réellement ?

PASTEUR
Il était là avant le commencement du temps, il était avec Dieu, il était Dieu.

DAPOZZO
Le monde a été fait par lui.

PASTEUR
Il est le Fils unique de Dieu le Père, le Christ, le Fils du Dieu vivant !

DAPOZZO
Dieu le Père l’aime. Il a mis en lui toute son affection, il a tout remis entre ses mains.

PASTEUR
Jésus est le Souverain, l’Admirable, le Conseiller, le Dieu puissant, le Prince de paix…

DAPOZZO
Et le Prince de Vie ! Il a la vie en lui-même, il EST la vie éternelle !

CHEF DE CAMP
(Effrayé) Mais il est complètement inaccessible !

DAPOZZO
Il serait inaccessible, c’est vrai, s’il n’était venu…

CHEF DE CAMP
Venu ?

DAPOZZO
Mais oui ! Puisqu’il est impossible aux hommes d’aller jusqu’à un tel Dieu, c’est Dieu lui-même qui est venu jusqu’aux hommes !

MADAME
C’est pour cela que nous fêtons Noël ?

PASTEUR
Oui, Madame ! Nous nous souvenons que Jésus, celui par qui le monde a été créé, est venu sur la terre comme un simple homme. Il est venu vivre une vie parfaite. Il a porté nos péchés, nos méchancetés. Il a été puni à notre place, il a été mis à mort. Mais ensuite, il est ressuscité, il est remonté au ciel, où il nous prépare une place.

CHEF DE CAMP
A moi aussi ?! Malgré tout le mal que j’ai fait ?!

DAPOZZO
Si vous naissez de nouveau, oui.

CHEF DE CAMP
Hein ?

PASTEUR
Il vous faut regretter tout le mal que vous avez fait, reconnaître que vous ne pourrez jamais aller à Dieu par vos propres moyens et accepter que le seul chemin pour y aller, c’est Jésus-Christ. Naître de nouveau, c’est renoncer à tout ce que vous étiez et laisser Jésus-Christ vivre en vous.

On frappe à la porte.

CHEF DE CAMP
Entrez !

La chorale d’enfant monte sur la scène.

CHEF DE CAMP
Oh là ! Je ne m’attendais pas à tant de monde !

REPRESENTANT CHORALE
Aujourd’hui c’est Noël ! Vous permettez qu’on chante un chant ?

DAPOZZO
Avec plaisir ! Moi, je chante faux !

La chorale chante.

DAPOZZO
Bravo les enfants, c’était magnifique !

CHEF DE CAMP
Merci beaucoup et bonne continuation !

REPRESENTANT CHORALE
Merci ! Et joyeux Noël !

TOUS
Joyeux Noël !

CHORALE
Joyeux Noël !

La chorale quitte la scène.

VOIX OFF DE DAPOZZO
Et ce pasteur, notre frère, a été voir cette famille pendant deux ans. Ils n’étaient pas de sa paroisse ! Il faisait quarante kilomètres pour aller les voir ! Et deux ans plus tard, toute la famille s’est convertie : le chef de camp, sa compagne, les deux jeunes filles. Ils sont devenus des enfants de Dieu, joyeux, libérés du péché et du poids du péché. De nouvelles créatures. Leurs noms sont écrits dans le livre de vie ! (24 :26 – 24 : 55)


Le chef de camp est devenu mon frère en Jésus-Christ. Vous ne trouvez pas que c’est plus beau qu’au cinéma ? (25 :38 – 25 : 45)

Dapozzo et le chef de camp se font chaleureusement une accolade.

FIN


[1] Ils ont été achetés en boulangerie, sur le chemin pour aller à Metlach.

1 réflexion au sujet de “Les petits gâteaux de Noël (4/4)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s