Défis d'écriture, concours, jeux, Participations

L’histoire d’une feuille d’automne passant sa saison dans… un livre

Par Sara Daniel Anassi, en réponse au défi d’écriture n°11

« DRING » ! Et la cloche retentit annonçant ma saison, et je me réveille, hélas !

J’ai été, j’ai glissé, à terre je suis. Je suis de couleurs vives, mais rouille aussi. La rouille de la mélancolie, de tristesse, d’abandon. Amassée des feuillages de mélancolie, d’angoisse à terre, sans forces, sans lueur d’espoir, sans avoir rien décidé, desséchée, assoiffée je suis. Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle ? Pourquoi serais-tu pour moi comme une source trompeuse, comme une eau dont on n’est pas sûr ? Regarde, je suis à terre entre les feuillages, et toi, bien plus haut que les nuages. Pour qui mes « ah » ? Pour qui mes « hélas », pour qui ces blessures sans raison, pour qui cette rouille, enfin bon, pour qui ces plaintes ?

Sans abris je suis, sans refuge, enfin, je crois, je suis à terre. J’ai tout perdu à cause de mes mots, de ma saison, de ma chute. Bon sang ! J’étais verte, j’étais jaune, j’étais orange, je suis dégradée, sans énergie. À l’aide !

« DRING » ! À nouveau la cloche retentit promptement ! Serait-ce la cloche d’espoir ? Je redeviens verte. Incroyable ! L’énergie véritable dans les racines de mon arbre y est toujours et nous survivons encore. Je me prépare pour une saison. Je commence à comprendre où est-ce que je suis. Le sais-tu ? On dirait, dans un endroit, endroit rempli de mots, d’hymnes, de conseils, de vérités. Mais oui ! Dans un livre.

Viens, je vois un rayon d’Amour et d’Espoir comme les rayons de soleil qui me donnaient de l’énergie auparavant dans mon feuillage. Je lis qu’il y a un temps pour tout, un temps pour pleurer et un temps pour rire. Au milieu de ce livre je lis aussi ces lignes : que ce qui est a déjà été et ce qui sera a déjà été et me révèlent qu’il y a ce Dieu qui restaure ce qui est passé.

Je suis maintenant tranquille de savoir où je suis et reconnaissante que cette personne m’ait ramenée et m’ait gardée précieusement dans ce livre. Ce jour-là, elle était découragée, triste et je me souviens de sa prière qu’elle avait faite dans ce jardin. Après sa prière elle loua son Dieu et repartit joyeuse.

Toujours entre les pages de ce livre, je lis qu’il changera mes lamentations en allégresse et que si je vais en pleurant, ôté de mon lieu, je reviendrais avec un chant de joie. Comme cette personne l’a été et l’est toujours, car, à chaque fois qu’elle est triste elle ouvre ce livre et le médite. Bon, on se reverra à la prochaine saison le temps que l’on m’arrose précieusement au travers de ces paroles. J’en ai encore beaucoup à lire, à découvrir à croire et à me laisser arroser. Oui j’ai été verte, j’ai été jaune, j’ai été orange et je redeviens verte, car ma Source, non, n’est pas trompeuse.

1 réflexion au sujet de “L’histoire d’une feuille d’automne passant sa saison dans… un livre”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s