Poésie

L’espérance

Elle est comme un oiseau qui chante dans un petit matin gris
Elle est cette flammèche au milieu d’un feu qui s’éteint
Elle est cet arc dans la nue lorsque le soleil rencontre la pluie
Elle est cette étoile que l’on ne voit pas mais qui brille dans l’âme
Elle est cette lueur indécise dans la nuit des chagrins

On la trouve au fond de la vallée des pleurs
Dans les ravins escarpés des gorges profondes
Dans les âmes tourmentées où la révolte gronde
Tant que tournera la terre avec ses sacs de misère
Elle demeurera

Derrière les barreaux des prisons
Des cœurs crient et désespèrent
Mais dans le plus noir des cachots
Un simple rai de lumière
Suffit à entrevoir l’espérance

Forte ou fragile
Vacillante comme la flamme d’une bougie
Ou tranquille comme la lune au milieu de la nuit
Tant que tournera la terre avec ses cris de malheurs
Il y aura toujours un souffle pour ranimer les braises sous les cendres

2017-2022

direlavie.canablog.com


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s