La mythique rencontre de C.S Lewis et J.R.R Tolkien

Vous connaissez certainement J. R. R. Tolkien et C.S Lewis, deux auteurs chrétiens incontournables. Vous n’avez pas pu rater, en tout cas, les blockbusters que sont les films du « Seigneur des anneaux » et des « Chroniques de Narnia » tirés de leurs livres respectifs.
Mais saviez-vous que ces deux auteurs étaient non seulement des contemporains, mais aussi des amis ? Une amitié solide mais tumultueuse. Lorsque ces deux là dialoguaient ou s’écrivaient, le ton n’était pas vraiment bienfaisant. Il est évident que les deux écrivains étaient jaloux l’un de l’autre. Tolkien n’appréciait guère l’œuvre de Lewis (surtout les Chroniques de Narnia), et Lewis n’avait aucune sympathie pour l’œuvre de Tolkien. Pourtant les deux amis s’encourageaient inlassablement dans une sorte d’émulation intellectuelle passionnante et romanesque.
Dans cette amitié, il y a une rencontre qui marquera particulièrement la vie de Lewis : celle du 19 septembre 1931. Ce soir là, Lewis avait invité à dîner ses deux grands amis et collègues de l’époque : le catholique Tolkien et l’anglican Hugo Dyson. C.S Lewis dira plus tard que la conversation qu’ils eurent ce soir là joua un grand rôle dans sa conversion. Mais que se sont-ils dit de si important ?

Tolkien et la « sous-création »

Il est déjà tard et les trois amis, grisés par l’air encore doux et le vin bu dans la soirée,  conversent tout en se promenant dans la nature particulièrement accueillante du campus d’Oxford. Tolkien mène la conversation, soutenu par son ami Dyson, tandis que Lewis écoute et fait des objections.
Pour Lewis à ce moment là, les contes et les histoires (le mythos) ne sont que des mensonges. Seule la lumière de la raison (le logos) peut accéder à la vérité.
Mais tel n’est pas l’avis de Tolkien et de Dyson. Très inspiré par l’ambiance du moment, Tolkien va développer une théorie surprenante.
Pour lui, les mythes relèvent aussi du logos et contiennent non seulement du sens mais de la vérité, comme il le dit ce jour-là :

« Les mythes que nous tissons, même s’ils renferment des erreurs, reflètent inévitablement un fragment de la vraie lumière, cette vérité éternelle qui est avec Dieu. »

Cette capacité nous vient, selon Tolkien, de notre perfection originelle. Puisque nous avons été créés à l’image du Créateur, nous sommes aussi des créateurs. Certes, suite à la Chute, nous avons perdu l’essentiel de ce don, mais les histoires que nous inventons en sont l’écho. C’est ce que Tolkien nommera plus tard la « sous-création ». Peu après sa conversation avec Lewis, il défendra dans le poème  Mythopoeia la création des mythes, louant « les faiseurs de légendes » dont l’œuvre « sous-créatrice » diffracte celle de Dieu :

« Le cœur de l’homme n’est pas composé uniquement de mensonges, car il est sage d’une sagesse qui lui vient de Celui qui est très sage, et dont il est l’image. Quoique séparé de Lui depuis longtemps, l’homme n’est pas complètement perdu, ni entièrement changé. […] Il traîne encore des lambeaux de sa grandeur passée. […] Nous continuons de créer de la manière dont nous avons été créés. »

De Dieu à Christ

Lewis est surpris par cette perspective. Même s’il admet l’existence de Dieu, il considère l’Evangile comme un mythe. Mais si tous les mythes contiennent de la vérité, pourquoi pas celui-ci ? D’autant plus que ce mythe là est ancré dans l’histoire. Cette posture intellectuelle aidera Lewis à franchir le pas et à accepter l’Évangile comme vrai : il dit lui-même être passé « d’une croyance en Dieu à une croyance dans le Christ ».

Encourageons-nous à créer

Ne nous y trompons pas, la création de Dieu n’est pas comme la nôtre. Bien au contraire Tolkien nous rappelle que Dieu seul est Créateur et que tout ce que nous pouvons  « créer » en tant qu’auteur n’est, en réalité, qu’une « sous-création ». Mais qu’il est bon de s’encourager dans cette démarche, comme Tolkien et Lewis avant nous. Créons ensemble d’une manière imparfaite et ordinaire. Nous ne sommes que des poussières dans l’univers, mais nous sommes des poussières créatives ; gloire soit rendue à Dieu.

Sources :
1 – http://larevuereformee.net/articlerr/n245/tolkien-et-lewis-amis-et-temoins-ensemble
2- http://benoit-et-moi.fr/2013-III/actualites/la-conversion-de-cs-lewis.html
3 – https://fr.wikipedia.org/wiki/Mythopoeia_(po%C3%A8me)
4- JRR Tolkien, une biographie, de Humphrey Carpenter

Un commentaire sur “La mythique rencontre de C.S Lewis et J.R.R Tolkien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s