Roman, Sylduria

Sylduria (III) – Le Chemin des Philolophes (20)

Chapitre XX
Scène de ménage

 

 

Le Prince consort s’énervait.

Il était d’ailleurs devenu un prince qu’on ne sort plus, et c’est cela, justement, qui l’énervait.

Julien se rappelait avec nostalgie ce jour merveilleux sur la rive du lac de Selsisar, où les jeunes gens s’étaient déclaré leur amour.

À présent, Lynda lui paraissait si lointaine ! Toujours préoccupée des affaires politiques, trop souvent enfermée dans son bureau en compagnie du jeune imbécile… pardon ! du marquis de Plogrov, conseiller législatif de la reine.

C’est vrai qu’ils passaient de plus en plus de temps ensemble. Il est aussi vrai que pour étudier, Dimitri poussait sa chaise de plus en plus près de celle de Lynda et qu’elle se montrait de plus en plus indulgente quand il hasardait un contact physique.

« Lynda ! J’en ai assez ! Il faut qu’on se parle ! »

 

La porte venait de s’ouvrir. Dimitri fit rapidement disparaître sa main qui couvrait l’épaule de Lynda. Julien se trouvait debout, excité, face à eux.

« Excuse-moi, mon petit Dimitri. Je m’occupe de lui, et je reviens. »

Elle saisit son mari sans douceur par le bras et l’entraîna dans une petite salle, au bout d’un long couloir. Elle ne voulait pas que Dimitri entende leur discussion.

« Où sont les enfants, pour commencer ?

– Chez Elvire.

– Chez Elvire ! N’avons-nous pas suffisamment de servantes pour que tu charges Elvire de faire la nourrice ?

– Elle aime nos enfants. Et puis, en les lui confiant, je les laisse dans le cadre de nos amis.

– Justement, pendant que je passe des heures enfermée dans mon bureau pour offrir à la Syldurie des lois plus justes, Monsieur profite de la situation pour aller chez son ancienne fiancée.

– Quoi ? C’est la meilleure ! Je lui demande un petit service, et elle m’offre une tasse de café, c’est tout. Voilà que tu m’accuses de comploter avec elle derrière ton dos ! On aura tout entendu ! Je te signale, ma chérie, que pour une fois que je pénètre dans le sanctuaire de ton bureau, je trouve ton ancien amoureux en train de te tripoter.

– Il ne me tripotait pas.

– Ah non ? Qu’est-ce qu’il faisait alors ?

– Ce n’était qu’un geste amical. Tu n’es qu’un barbon jaloux, voilà ce que tu es ! Maintenant, laisse-moi ! Je n’ai pas le temps de jouer. J’ai du travail.

– Du travail ! Parce que tu appelles ça travailler ! Enfin, lui, il n’a pas besoin de ses deux mains pour tenir un crayon !

– N’insiste pas avec ça, s’il te plaît. Ça pourrait mal finir.

– J’ai envie d’insister, justement. Je ne suis pas le seul, figure-toi ! Toute la cour et toute la ville nourrissent des rumeurs à votre sujet. Le voilà nommé marquis, comme par hasard, un membre du Parti Républicain ! Il ne convenait pas à un roturier de devenir l’amant de la reine. Voilà ce qu’on dit.

– On dit ! On dit ! Qui ça, on ? D’ailleurs, Ottokar a bien mouché le nez de ces raconteurs.

– Ottokar, qui se servait jadis de son groupe de presse pour te salir, l’utilise à présent pour te nettoyer ! On peut dire qu’il a bien changé !

– Est-ce un reproche ?

– Il est aussi partisan dans un sens qu’il l’était dans l’autre. Il cherche à te protéger au détriment de la vérité.

– Alors là, tu vas trop loin, mon petit bonhomme ! Qu’est-ce que tu insinues ? Est-ce que tu me prends pour une grue ?

– Parfaitement. »

Lynda lui asséna un direct en plein visage.

« Je ne suis pas la maîtresse du marquis de Plogrov.

– Tu viens de briser notre amour avec ton poing, dit-il en tenant son nez ensanglanté.

– Je ne savais pas qu’il était si fragile ! »

Julien sortit. Lynda resta seule. Elle se souvint alors des dernières paroles de Wladimir.

« C’est vrai qu’en ce moment, je casse tout ! »

Elle regagna son bureau et se remit au travail. Tout en faisant mine d’étudier, Dimitri commençait à lui caresser le genou.

« Enlève ta main de là ! Et tâche de ne pas m’énerver ! Je te préviens, ce n’est vraiment pas le jour ! »

Julien regagnait tristement la suite royale. Il ne réalisait pas vraiment la situation et croyait vivre un mauvais rêve. Depuis leur mariage, il leur était arrivé de se brouiller, mais jamais ils n’avaient élevé la voix l’un contre l’autre. Il n’avait jamais imaginé une altercation entre eux, encore moins un acte de violence conjugale. Il aimait Lynda et l’avait toujours aimée. Il n’avait jamais douté de la réciprocité de cet amour, sauf depuis cet instant. Lynda ne l’aimait plus, elle lui préfère évidemment son ancien ami. Non contente de le tromper, il fallait encore qu’elle le batte ! Qu’allait-il advenir de leur foyer ? Qu’allaient devenir les enfants si les parents ne s’aiment plus ? Allait-il rejoindre l’association discrète des maris battus ? Après avoir été prince en Syldurie, allait-il retourner à Paris et frapper à la porte du Pole emploi ?

Bien que la sobriété lui soit coutumière, il alla se servir un grand verre de whisky, puis s’affala dans un fauteuil. Outre la faculté de faciliter l’oubli, l’alcool avait aussi le mérite d’apaiser la douleur qu’avait provoqué le coup de poing de sa tendre épouse.

Lynda, elle aussi était contrariée. Elle congédia Dimitri, n’étant plus d’humeur à l’étude, puis se mit à pleurer au-dessus de ses grimoires. Elle sella son cheval, quitta le palais sous les huées et galopa des heures entières sur la plage, mais elle ne parvenait pas à oublier le terrible incident.

Aimait-elle encore Dimitri ? Elle savait bien qu’elle ne l’avait jamais aimé, le considérant seulement comme un bon ami. Alors pourquoi avait-elle accepté ses avances ? Pourquoi avait-elle provoqué la jalousie et la colère de Julien, et surtout, pourquoi l’avait-elle frappé ?

Des milliers de questions, de doutes et de certitudes s’entrechoquaient dans son esprit. Avait-elle cessé d’aimer son mari ? Saura-t-elle réparer cet amour que sa main venait de briser ? « Je pourrais bien recoller les morceaux, pensait-elle, mais la colle laissera toujours des traces. Plus rien ne sera jamais comme avant, quand même je lui demanderais pardon. Quelle folle j’ai été ! »

Pour la première fois depuis son mariage, le divorce effleura sa pensée, puis l’idée grandit jusqu’à l’angoisse. Et si Julien la quittait ?

Il faisait nuit quand elle rentra. Les manifestants s’étaient dispersés depuis longtemps. Tout sommeillait.

Dans la chambre obscure, Julien était couché, tourné vers la ruelle du lit. Lynda se glissa sous les draps. Elle se tourna dans un sens et dans l’autre, ne parvenant à trouver le sommeil.

Elle sentit des soubresauts secouer le lit conjugal. Julien sanglotait. Elle aussi se mit à pleurer sans bruit. Elle s’étendit sur lui et le couvrit de caresses, mais il ne la désirait même plus. Il se leva et alla se coucher sur le divan, laissant sa femme seule avec son remords.

www.lilianof.fr
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
http://lilianofnieuw.over-blog.com/

© 2019 Lilianof

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s