Poésie

Voici venir l’agneau !

Voici venir l’agneau
Envoyé par le Père
Pour porter nos fardeaux
Ainsi que nos misères.

Voici venir l’agneau
Entouré de lumière
Apportant le repos
Sa grâce sur la terre.

Voici venir l’agneau
Humble et débonnaire
C’est le plus beau cadeau
Que Dieu pouvait te faire.

Voici venir l’agneau
Mais qui pourrait se taire ?
Chante le Très-Haut
Fais monter ta prière !

Il est venu l’agneau
Pour boire la coupe amère
Lorsqu’il prenait tes maux
Sur le bois du calvaire.

Il vient vers toi l’agneau
De la peur te libère
Donne gloire par tes mots
Crois en lui et espère !

As-tu reçu l’agneau
De la bonne manière ?
Repousse ton égo
Sois simple et sincère.

Il reviendra l’agneau
Un jour sur cette terre
En vainqueur, en héros !
Pour nous conduire au Père.

Lecture : Jean 1 v 29 :
 « Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et dit : Voici l’agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. »

Ce poème se retrouve également sur mon site de poésie:
http://www.poesie-chretienne.com/voici-venir-l-agneau.html

Paroles de Jean-Baptiste, qui introduiront le ministère terrestre de Jésus-Christ. Ce n’est pas une simple révélation sur son identité, mais l’aboutissement de ce que les prophètes avaient annoncé concernant le plan rédempteur de Dieu pour l’humanité. À deux reprises Jean-Baptiste désignera le Christ : « Voici l’agneau de Dieu ; qui ôte le péché du monde ». Puis : « Voilà l’agneau de Dieu » (v 36). Ces paroles sont brèves, mais combien précises et précieuses. Le message et la mission de Jésus-Christ seront constamment présents tout au long  de son ministère terrestre.

Ainsi il rendait témoignage et annonçait à tous ceux qui voulaient bien l’entendre, que le Sauveur était arrivé et que désormais lui-même en tant que précurseur, devait s’effacer pour lui laisser toute la place et surtout ne pas l’entraver dans son ministère. En prononçant ces mots, il mesurait exactement le sens et la profondeur du mot : « Agneau de Dieu ».

En tant que chrétiens, nous avons comme mission, de présenter Jésus-Christ comme l’a fait cet homme. Cette identité, montre que nous sommes les uns et les autres concernés par le sacrifice de Jésus, « l’agneau de Dieu ». Rendre témoignage de nos expériences et de notre rencontre avec le Christ est important, mais parler de Jésus comme l’agneau de Dieu, qui donne sa vie pour nous sauver est vital. Jean ne s’est pas trompé, car ce fut ses premiers mots, sa priorité. La suite des récits de l’Évangile nous décrit Jésus guérissant les malades, délivrant les possédés et opérant beaucoup de miracles ; mais sa mission principale fut présentée par Jean-Baptiste.

Alors que les disciples se réjouissaient des miracles qui les accompagnaient quand ils priaient pour les malades et qu’ils firent le récit à Jésus ; lui-même leur répondit : « Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. » (Luc 10 v 20).

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s