Poésie

Ton Père !

Quand l’obstacle se dresse
Aies recours à la prière
Souviens-toi de ses promesses
Il est fidèle ton Père.

Si l’angoisse t’oppresse
Tiens-toi près de ton Père
Il connaît tes détresses
Et saura les faire taire.

Ô ! Bannis la tristesse
Et regarde à ton Père
Au sein de ta faiblesse
Tu n’as rien d’autre à faire.

Puise dans ses richesses
Comme les anciens naguère
Dieu est plein de tendresse
Il est ainsi ton Père.

Ton titre de noblesse !
Tu es enfant du Père
Chante-le et confesse
Que de Dieu tu es fier.

Sois donc dans l’allégresse
Que ton âme se libère
En ce jour il te presse
Oui ! Sur son cœur de Père.

Lecture : Jean 10 v 30 :
Moi et le Père nous sommes un.

Ce poème se retrouve sur: http://www.poesie-chretienne.com

Ce court verset résume ce que fut la relation de Jésus avec son Père tout au long de son ministère terrestre : « Ils étaient un ». En effet les références  bibliques abondent dans les Évangiles où Jésus mentionne son Père, notamment dans l’Évangile de Jean, soulignant ainsi cette étroite communion qu’il avait avec lui : « Croyez-moi, je suis dans la Père, et le Père est en moi » (Jean 14 v 11). Chaque situation l’amenait à rechercher la face de son Père : « Car je n’ai point parlé de moi-même ; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer » (Jean 12 v 49). Ses prières étaient bâties sur ce fondement relationnel, qu’il nous a transmis en nous présentant le : « Notre Père » ; prière universelle, qui ne doit pas être simplement récitée, mais formulée avec foi et conviction. Elle nous montre que toutes nos prières doivent rentrer dans ce cadre relationnel et permanent.

Dans le jardin de Gethsémané, Jésus lutte dans la prière, mais là encore comme toujours il se soumettra à la volonté de son Père : « Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Marc 14 v 36).

Jusqu’à son dernier souffle Jésus était ainsi en communion avec son Père ; ses derniers mots furent pour lui : « Jésus s’écria d’une voix forte : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et en disant cela il expira » (Luc 23 v 46).

C’est ainsi que nous aussi nous devons avoir cette même relation avec le Père, dans le même esprit de confiance, de dépendance et d’obéissance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s