Poésie

Malheureux que je suis, par Alexandre Sarran

Malheureux que je suis, piégé de l’intérieur,
Dans un tourment profond, martyr, mais acolyte ;
Quelle étrange affliction qu’éprouver en son cœur
D’un désir interdit la douleur interdite !

Trouble et agitation, cruel anti-sabbat,
Dans ma chair disposée aux amours contrefaites ;
Mon Égypte, Astarté, veau d’or, et Bath-Chéba :
Délires vagabonds d’une âme insatisfaite.

Ô passion ennemie, par tes sermons fripons,
À ton puits, tu voudrais m’attirer, pour y boire !
Pitié ! Que l’on extraie de mon flanc ce harpon,
Mirage ou rêverie, projection illusoire !

Bon Berger ! Toi qui sais ce qu’il est de souffrir,
Au Jardin, cet émoi, invisible hématome,
Au-devant de ta croix ! Je puis là te sentir
Appliquer sur ma plaie ton bandage et ton baume.

Viens dompter dans mon corps cette obscure impulsion
Qui retient ma pensée en ses puissantes griffes ;
Permets-moi d’amputer toute indue affection,
Et d’ainsi mettre à mort ces envies apocryphes.

Me voici, fatigué, près des eaux de Mara.
Prisonnier, je chéris ce qui m’est haïssable.
Malheureux que je suis, qui me libérera ?
Je survis, tiraillé, infirme et vulnérable.

Ô divin Médecin, tu reçois mes soupirs.
En moi, tu rétablis ma précieuse espérance.
Convaincs donc mon esprit de la gloire à venir,
Où je pourrai enfin fêter ma délivrance !

Alexandre Sarran, 2020

1 réflexion au sujet de “Malheureux que je suis, par Alexandre Sarran”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s