Roman, Sylduria

Sylduria V – Le Beau Danube noir (32)

Chapitre XXXII – Le Beau Danube bleu

Les trois mercenaires se parlent à voix basse, puis, d’un commun accord, ils ôtent leur cagoule et retirent de leur arme le chargeur qu’ils apportent à Lynda, comme une offrande, leur chef prend la parole :

« Nous avons servi O’Marmatway pour de l’argent. Il est temps que nous cessions cette comédie. Nous espérons seulement que la justice syldure ne sera pas trop sévère à notre égard.

– Vous n’avez pas versé vous-même de sang dans cette affaire, la Syldurie vous pardonne, mais j’espère qu’à présent vous allez changer de vie. Je vous aiderai, si vous le voulez.

– Nous nous retrouverons au temple. J’aurai quelques questions à poser, au sujet de Jésus-Christ, la croix, tout ça… »

Lynda sourit.

« Sortons d’ici. Éva et Julien doivent commencer à s’inquiéter. »

La troupe regagna la villa par les souterrains, abandonnant O’Marmatway à son triste sort.

« Décidément, cet endroit me déplaît. On se retrouve tous à Arklow. Je vous offrirai un bon café. »

Un bruit sourd et lointain se fait entendre :

« Qu’est-ce que c’est ?

– C’est la muraille de ténèbres. Elle s’est effondrée quand Thanatos est mort, mais le bruit ne nous arrive que maintenant. »

Comme promis, nos compagnons, amis et anciens ennemis se retrouvent chez Lynda pour une bonne douche et une copieuse collation. Je ne vous décris pas les effusions de joie quand notre reine retrouva sa sœur et son prince consort.

À Vienne, le Danube n’a jamais été bleu que dans la musique de Johann Strauss. En vérité, il ressemble à tous les fleuves du monde, mais pourquoi ne pas imaginer : beau Danube bleu, belle Seine bleue, belle Tamise bleue, bel Escaut bleu…

C’est une belle raison pour la famille Schwarzenberg-mannweiler, de Neuf-Brisach, en Alsace, de reprogrammer leur excursion, naguère contrariée, à la source limpide.

Les vacances sont finies pour Félixérie et Sigur qui regagnent Blois le cœur gros, avec la promesse de passer leur voyage de noces en Syldurie.

Zoé, elle aussi, est partie retrouver ses parents soulagés, à Taverny. Elle emporte dans ses bagages son nouveau professeur d’allemand.

Helmut a été jugé pour enlèvement sur mineure. Zoé a si bien plaidé pour son ravisseur, devenu son ami, que l’accusé, comme tout coupable qui se respecte, a été acquitté par la justice française.

Dans sa prison, Judith, plus connue sous le pseudonyme de Susanna Bolyzan, prépare son nouvel album, un rock un peu mois rap, un peu moins pop, un peu moins métallique, avec un peu moins de borborygmes et un peu plus de texte. Son public doit s’attendre à une petite surprise.

Comme ils l’avaient promis, les sbires repentis d’O’Mar-matway fréquentent régulièrement le temple d’Arklow dont le brave pasteur, Périklès Andropoulos, les a accueillis fraternellement. On ne se lasse pas, d’ailleurs, d’y parler de l’aventure de Lynda et de ses amis.

« C’est merveilleux ! dit-elle, le diable a pris une bonne claque. À présent, tout le monde lit les Écritures. Le monde entier se tourne vers Dieu et sa parole.

– Il ne faut pas se bercer d’illusions, ma petite reine, répond Périklès. Que nous dit-elle, cette parole ? Que dans les derniers temps, les hommes seront de plus en plus impies, la nuit va s’épaissir jusqu’au retour glorieux du Sauveur. C’est alors qu’il rétablira la lumière et la paix. Ce réveil d’aujourd’hui n’est qu’une éclaircie. Je te laisse cette parole à méditer :

“Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. Il n’y aura plus de nuit ; et ils n’auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles.[1]” »


[1] Apocalypse 22.1/5

www.lilianof.fr
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
http://lilianofnieuw.over-blog.com/
https://vk.com/lilianof

© 2019 Lilianof

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s