Je veux repasser en mon cœur

J’ai connu la misère, et vécu la fureur
Loin de la lumière, plongé dans la douleur
Je suis comme muré, lié, emprisonné
Ma prière semble vaine, je ne cesse de crier.

Mon chemin est couvert, par d’énormes pierres
Mes sentiers sont détruits, et je ne sais que faire !
Traqué et poursuivi, je me sens menacé
Comme si une bête, voulait me déchirer.

Je ne suis plus en paix, raillé par les moqueurs
Ma force semble perdue, mais où est le bonheur ?
La détresse m’enveloppe, de son poison violent
Mon âme est abattue, je me sens impuissant !

Mais je dis en mon cœur, et c’est mon espérance !
Les bontés du Seigneur, me redonnent confiance
Elles ne sont pas taries, mais chaque jour sont là !
Comme ses compassions, qui ne finiront pas.

Dieu est mon partage, sois en paix mon âme !
Sa grâce et sa clémence, ô ! Mes douces dames !
Me disent d’espérer, et d’attendre en silence
Son secours qui viendra, m’apporter l’abondance.

Lecture : Lamentations de Jérémie 3 v 21/23 :
Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance : Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh ! Que ta fidélité est grande !

Ce poème est également visible sur : http://www.poesie-chretienne.com

 Il nous arrive parfois par nos raisonnements à nous identifier au prophète Jérémie, lorsque l’épreuve est là et que nous nous sentons si seuls, jusqu’à imaginer que Dieu lui-même s’est ligué contre nous. Nous tombons ainsi dans le piège de l’adversaire qui s’efforce de rappeler notre situation en soulignant le silence de Dieu. Ce silence, ne doit jamais être traduit par un abandon, ou un rejet de sa part, mais plutôt à un cheminement qui est voulu et contrôlé par Dieu lui-même.
Comme Jérémie nous sommes appelés à considérer les promesses du Seigneur, et à nous attendre à son intervention au temps choisi par lui seul. Nourrissons-nous de sa Parole, et nous nous maintiendrons dans une attente confiante et rassurée, faisant taire ainsi toutes ses voix discordantes de nos réflexions purement humaines. Oui ! Le Seigneur se souvient de ses enfants et il les protégera au temps de l’épreuve où ils sortiront fortifiés et grandis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s