Poésie

Sans lui vous ne pouvez rien faire !

Es-tu sauvé et pardonné ?
Non par les œuvres, mais par lui !
Pour ton salut il s’est livré
À la croix il paya le prix.

Ta vie entière sera changée
Si dans ton cœur tu as la foi
Malgré ta vie et ton passé
Fais donc confiance au Roi des rois !

C’est en son nom qu’il faut prier
Lorsque celle-ci s’élève aux cieux
Si tu veux être exaucé
Du Père Céleste, du Grand Dieu.
Car
Sans lui tu ne peux rien faire

Et pour ceux qui sont assoiffés
De vérité et de bonheur
Venez au puits et demandez
L’eau vive qui vient du Seigneur

Il faut marcher sur son chemin
Celui qui vous mène à la vie
Car aujourd’hui comme demain
Ce chemin se nomme Jésus-Christ.

Soyez ancrés dans sa Parole
Si vous voulez porter du fruit
Cette mission deviendrait folle
Et inutile pour vos vies.
Car
Sans lui vous ne pouvez rien faire.

C’est mon histoire mon expérience
Je suis en paix et rassuré
Pour l’avenir plein d’assurance
Par son Esprit qu’il m’a donné.
Car
Sans lui je ne peux rien faire.

Lecture : Jean 15 v 5 :
Car sans moi vous ne pouvez rien faire.

Poème sur : http://www.poesie-chretienne.com/poursuis-avec-lui.html

 Cette parole de Jésus-Christ met un terme à toute tentative humaine qui cherche à s’octroyer les choses spirituelles sans passer par lui. En effet depuis la nuit des temps l’homme a toujours voulu être le premier acteur dans sa relation avec Dieu, voulant ainsi lui plaire et lui être agréable. La démarche part souvent d’un bon sentiment, mais la Bible nous dit que c’est Dieu en Jésus-Christ qui nous donne le moyen de nous approcher de lui, et que toute œuvre réalisée ne peut aucunement remplacer la grâce et le pardon que seul Jésus peut nous donner et qui sont les canaux indispensables pour plaire et faire la volonté de Dieu.

Ainsi par ce poème j’ai voulu rappeler que sans lui, nous ne pouvons rien faire ! Nous avons besoin de rester attachés à lui et à son œuvre rédemptrice, afin que la sève divine nous traverse et nous façonne pour que nous portion du fruit. C’est bien ce qu’il dit par ce passage cité à plusieurs reprises dans ce poème. Et c’est en prenant l’image du sarment qui doit rester attacher au cep, que Jésus a voulu nous inviter à demeurer attachés à lui : « Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez pas non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep et vous êtes les sarments….car sans moi vous ne pouvez rien faire. »

Mais il y a également ce côté rassurant de savoir que si nous demeurons en lui, nous réussirons, là où autrefois nous vivions constamment l’échec !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s