Prose, Roman, Sylduria

Sylduria – La Reine Lynda (22)

Chapitre XXXIII
La Toute-puissance dégonflée

Le silence était accablant, brisé par instants par les sanglots de Julien.

Le temps s’était arrêté.

Sabine fit irruption dans la salle, claquant des mains, épanchant indécemment sa joie.

Chacun levait la tête.

« Elle a réussi ! exultait Sabine. Grâce au pouvoir que je lui ai donné, cette petite Parisienne a réussi sa mission. Je viens d’entendre la balle qui a tué mon gibier. À présent le règne est à moi, il ne peut pas m’échapper. J’ai payé plein tarif à la Toute-puissance. Lynda est morte, me voici reine de Syldurie. Que tous les manants se prosternent devant Sabine la Grande.

– Pardon ? protesta Ottokar. Ce n’était pas dans le contrat. Je t’ai payé assez cher pour la réussite de mon plan. Le roi de Syldurie, c’est moi : Ottokar le Grand.

– Misérable ver de terre, punaise, mollusque, protozoaire ! Tu croyais vraiment pouvoir te servir de la grande Sabine Mac Affrin, celle qui possède la toute-puissance des lieux obscurs ? Tremble misérable mortel, devant celle qui détient le salut ou la perdition de ton âme entre ses mains.

– Mais enfin, Sabine ? Qu’est-ce que c’est que ce délire ?

– Que les cent mille démons t’entraînent dans les abysses de l’enfer. »

En prononçant ces imprécations, la sorcière, tendant ses mains vers le marquis, les joint et les serre l’une dans l’autre. Son visage est crispé, ses lèvres tendues découvrent des dents cruelles, serrées jusqu’à se briser. Ottokar de Kougnonbaf suffoque, il agrippe des mains invisibles enroulées autour de son cou.

« Je ne peux plus respirer. Pitié, Sabine !

– Pas de pitié pour les vaincus ! »

Les doigts de la magicienne serrent encore plus fort. Le marquis s’écroule à terre. Il se débat. Ses jambes s’agitent et ses pieds battent le plancher. Il essaye en vain de se dégager de l’étreinte puissante. Par moments, l’implacable ennemie relâche la pression de ses mains. Ottokar inspire bruyam-ment. Alors Sabine l’étrangle à nouveau. Elle jouera ainsi durant plusieurs minutes. L’agonie du marquis la rend folle de plaisir. Elle rit en le voyant souffrir. L’infortuné courtisan est finalement terrassé. Ses forces l’abandonnent. Il se sent mourir.

Tous les assistants, terrorisés, ont les yeux fixés sur l’horrible scène. Seul Julien, prostré, les genoux à terre, la tête serrée dans les mains, demeure insensible à ce qui se déroule autour de lui.

Personne ne prête attention à la venue de deux personnages. D’abord Elvire. Elle entre en levant la main droite, comme au tribunal, et se tenant le menton de l’autre. Elle est suivie par Lynda qui la tient en respect avec le pistolet qui devait l’avoir tuée.

Sabine pousse un cri de stupeur.

Elle se tourne vers les deux femmes avec un mouvement de recul, oubliant le marquis de Kougnonbaf. Celui-ci, brusquement soulagé, reprend peu à peu une respiration normale et parvient, au prix de grands efforts, à se relever.

Julien relève enfin son visage baigné de larmes.

« Lynda ! Ma chère Lynda !

– Je t’avais bien dit de ne pas t’en faire, mon gros lapin.

– Par la queue fourchue de Belzébuth ! s’écria Sabine. Elle est vivante !

– Elle m’a encore eue, dit Elvire.

– Quelle gourde ! Mais quelle gourde ! criait Ottokar, déjà rétabli. Elle raterait un cachalot à bout portant. »

Julien avait envie de serrer Lynda dans ses bras.

« Comment as-tu échappé à cette furie ?

– Raconte-lui, ma douce Elvire. Ce récit nous amusera tous.

– Va-t’en au diable !

– Je ne sais pas qui t’a appris à tirer, ma charmante Elvire, mais c’était un piètre professeur. »

Lynda entreprit de narrer l’incident :

« Elvire m’a conduite, sous la menace de cette arme, dans la galerie des rois. Elle a visé mon front, elle a tiré. Cette godiche n’avait jamais entendu parler du recul. Sa main a dévié et la balle m’a dépeigné le sommet du crâne. En revanche, elle n’a pas raté Stanislas XII : dans le mille entre les deux yeux. Profitant de sa surprise, je te l’ai anesthésiée d’un uppercut magistral. Elle est restée étalée un bon moment. Quand elle est sortie du cirage, elle se trouvait du mauvais côté du canon. »

Elvire, ayant pris conscience de l’inconfort de sa position, dirigea vers Sabine un regard pitoyable.

« Faites quelque chose, Maîtresse. Elle va me tuer.

– Je ne suis pas une criminelle, » répondit Lynda.

Sabine Mac Affrin tendit ses mains vers elle et recommença son mime de strangulation qui avait produit un effet si terrible sur Ottokar.

« Je te maudis par tous les dieux de Canaan. Que Moloch brûle ton premier-né dans ses entrailles ! »

Son petit numéro ne produisit aucun résultat sur Lynda. Elle étrangla de nouveau.

« Que Baal-Peor te dévore toute vive ! »

Mais Baal-Péor, pas plus que Moloch, l’idole dévoreuse d’enfants, ne répondait aux invocations de la sorcière.

« Tu auras peut-être plus de chance avec les dieux babyloniens, » ironisa Lynda.

Sabine fit une troisième tentative, aussi infructueuse que les précédentes.

« Par Dagon, dieu des Philistins ! se lamenta-t-elle avec des gestes théâtraux. La Toute-puissance m’abandonne. Elle me livre à la merci de celle que j’exècre. Je suis trahie ! Trahie !

– Elvire et Ottokar, placez-vous tous les deux face contre ce mur, » ordonna Lynda, pointant le pistolet en direction de l’un et de l’autre. Les interpellés s’empressèrent d’obéir.

Sabine se mit à respirer de plus en plus rapidement.

« Je ne me sens pas bien du tout, dit-elle. Un poids terrible me presse. C’est la puissance de lumière. Je ne puis la supporter. Il faut que je sorte d’ici.

– Éva, place-toi vite devant la petite porte. Moi, je m’occupe de la grande. »

Aussitôt dit, les deux sœurs se tenaient devant chaque porte, barrant la sortie du salon.

« Je me sens de plus en plus mal. Je dois partir, gémissait Sabine. Ôtez-vous de là, Lynda, que je m’en aille. »

Lynda ironisait :

« Pourquoi vouloir nous quitter, Sabine Mac Affrin ? Nous avons tant de choses intéressantes à nous dire.

– Je souffre. C’est le feu de l’enfer que j’ai invoqué. Une dernière fois, Lynda, ôtez-vous de mon chemin !

– Non.

– Ça me brûle. Lynda, je vous en conjure, laissez-moi sortir.

– Vous ne sortirez pas.

– Éva, je vous en supplie, laissez-moi sortir, je serai votre esclave. Ayez pitié de moi. »

Éva, en effet, commençait à prendre pitié de la souffrance de l’infâme pythonisse. Elle regarda sa sœur.

« Allons-nous prolonger longtemps ce jeu cruel ?

– Jusqu’à ce qu’elle ait demandé pardon au Ressuscité.

– Çà ! Jamais ! Jamais ! Jamais ! » hurla Sabine.

Elle poussa un cri strident et, se protégeant la face de ses avant-bras, se précipita sur la verrière qu’elle traversa dans un fracas assourdissant.

Chacun, stupéfait, se rua instinctivement vers la brèche. Sabine gisait au pied du château, immobile.

« Quelle chute ! s’exclama Julien.

– Elle est blessée, dit Mohamed. Elle se relève.

– Elle s’enfuit en claudiquant, ajouta Mamadou.

– Cette fois, conclut Éva, nous ne la reverrons plus. »

Elvire, tout comme Ottokar, avait quitté sa place face au mur. Elle se sentait envahie d’une étrange torpeur.

« Je ne sais pas ce qui se passe, dit-elle. Je me sens si bien ! C’est comme si mon cœur avait été serré dans un étau de haine. Une force miraculeuse vient de le briser. Je me sens libre. »

Puis elle se tourna vers Lynda :

« Je t’ai si souvent menti que tu n’es pas obligée de me croire, mais maintenant j’ai une folle envie de t’aimer. Je te demande pardon. »

Lynda, qui tenait toujours l’arme dans sa main, étreignit Elvire avec tendresse.

« Moi aussi, j’ai envie de t’aimer. Tu as été manipulée par cette femme, et la voilà vaincue avec ses maléfices. Il est temps pour toi de laisser l’amour du Sauveur envahir ta vie.

– Je veux le recevoir. »

Elles se serrèrent un long moment l’une contre l’autre, pleurant de joie. Puis Lynda ôta le chargeur du pistolet et le rendit à Elvire.

« Ainsi, tu ne risques plus de blesser quelqu’un.

– Merci, » répondit-elle. Puis elle tendit l’arme au marquis.

« Rendons à César ce qui revient à César, et cet objet à son propriétaire. »

Ottokar de Kougnonbaf saisit le pistolet, devenu inoffensif, et se recroquevilla tout au fond du fauteuil dans lequel il avait pris place.

Lynda, debout face à lui, le poignardait de ses yeux meurtriers. C’était sa façon d’achever les vaincus.

Il était incapable de soutenir un tel regard. Il resta longtemps silencieux, puis osa enfin lui parler :

« Je… Je suis un misérable et un lâche. Traite-moi comme je le mérite. J’ai chargé Elvire de te tuer parce que je n’avais pas le courage de le faire moi-même. J’ai toujours été orgueilleux et ambitieux. J’ai convoité le pouvoir. J’ai haï le roi ton père, et je t’ai haïe aussi. Je me suis laissé aveugler. J’ai acheté les services de cette sorcière.

– Elle se serait elle-même emparée de la couronne et elle t’aurait ensuite éliminé.

– Comme j’ai honte ! J’ai honte ! Je n’ose pas te demander pardon. Je ne le mérite pas.

– Tu as raison : le pardon ne se mérite pas. Un homme avait une dette de dix mille talents. Dix mille talents, ce ne sont pas dix mille dollars, ce sont dix mille tonneaux remplis de pièces d’or. Sachant qu’il lui était impossible de rembourser une telle somme, le créancier lui a remis sa dette. Je suis ce débiteur. N’aurais-je aucune compassion pour celui qui me devrait trois mois de son salaire ? Tu te souviens certaine-ment de mon passé et du mal que j’ai fait à mon père. S’il m’a été beaucoup pardonné, je me dois de pardonner à mon tour. À toi maintenant de saisir cette occasion et de recommencer ta vie comme j’ai recommencé la mienne.

– Je remettrai ma vie en question, répondit-il, la tête basse.

– Et Sabine ? interrogea Éva. Crois-tu qu’elle trouvera un jour la grâce et le pardon ?

– Rien n’est impossible à Dieu. Mais avec elle, il aura du travail !

– Voilà une aventure qui se conclut dans la joie ? » déclara finalement Mamadou.

Il sortit d’une de ses poches un petit paquet enveloppé de papier multicolore.

« Chère Lynda, je voulais te faire un petit cadeau, mais je n’ai pas la patience d’attendre le jour de ton mariage.

– Qu’est-ce que c’est ?

– Ouvre-le ! »

Comme un enfant impatient, elle ouvrit fébrilement le paquet, découvrant son contenu avec joie.

« Une montre !

– Elle vient de ma boutique.

– Mamadou, tu es un amour, dit-elle en l’embrassant.

– As-tu regardé la marque ? C’est une Cartier. Une vraie. Pas QU comme un quartier d’orange. C comme… comme Cartier.

– Tu as fait des progrès en orthographe.

– C’est de la tocante. C’est pas du toc. »

Épilogue

Lynda aurait préféré se marier dans une petite église, à la campagne, et dans la stricte intimité de la famille et des amis les plus proches. Mais quand on est reine de Syldurie, les choses ne sont pas aussi simples, d’autant plus qu’on mariait le même jour Éva avec Mamadou et Fabienne avec Fabien. Seule la cathédrale d’Arklow pouvait, en superficie, satisfaire à un tel événement.

Elle fit un manquement au protocole en insistant pour être mariée, non par l’évêque, comme l’imposait la coutume, mais par le pasteur Andropoulos, qui avait baptisé son père, sa sœur, et finalement elle-même, et dont l’église, d’abord insignifiante commençait à s’étoffer, au point qu’elle dut acheter un nouveau bâtiment. Mais elle sut user de sa persuasion et de sa gentillesse pour accéder à son souhait sans vexer le prélat.

En tant que biographe officiel de la reine, j’aurais été bien déçu si elle ne m’avait pas invité. Me voilà donc dans la magnifique basilique, assis sur une stalle richement sculptée. Je la contemple, plus belle que jamais, dans sa robe de soie. Les grandes orgues de trente-deux pieds entonnent à pleins tuyaux la marche nuptiale. Lynda regarde en roulant des yeux contrariés l’homme le plus heureux du monde :

« Mais c’est Wagner ! J’avais demandé Mendelssohn. »

Prochainement, le troisième volet de Sylduria : « Le Chemin des Philosophes ».

« Le Christ vous a ainsi enseigné : “Si quelqu’un vous frappe la joue droite, tendez la joue gauche.” Mais la Prophétesse vous dit : n’attendez pas qu’on vous frappe : frappez. Vous êtes des rois et des reines. Personne n’a le droit de vous offenser. Jésus a été appelé Agneau de Dieu et Lion de Juda. Mais vous êtes plus grands que Jésus-Christ, vous êtes les disciples de Samantha Low. Samantha n’aime pas les agneaux, elle n’aime que les lions. »

Tandis qu’en Allemagne, une secte mystérieuse et sa redoutable prophétesse se préparent à conquérir le monde, qu’à Paris, Aïcha est livrée à une intense lutte intérieure, la Syldurie entre dans une crise politique et spirituelle. Comptant la régler par sa propre force, Lynda sera vaincue et captive. Trouvera-t-elle la voie de la délivrance ?

 

www.lilianof.fr
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://wordpress.com/view/plumeschretiennes.com
https://www.facebook.com/lilianof59/
http://lilianofnieuw.over-blog.com/

© 2018 Lilianof

 



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s