L’enfant qui gâcha la fête (par Jean-Philippe Chavey)

Julien n’était qu’un bébé quand le feu prit à sa maison. Sa mère, qui était à la cave, ne put remonter le prendre. Il ne dut son salut qu’à Joël, le bûcheron qui eut le courage de monter à l’étage. Le visage et les bras de Joël gardent encore les marques indélébiles de son geste héroïque. Julien, lui, emballé dans ses couvertures, fut miraculeusement préservé.

L’année qui suivit, la famille alla souvent voir Joël pour dire sa reconnaissance. Pour le premier anniversaire du drame on fit une belle fête dans la nouvelle maison autour de Joël encore convalescent. Pour les deux ans aussi, on invita même les cousins et on ajouta l’idée que chaque membre de la famille fasse un cadeau à Joël. Pour les trois ans, on décida que chacun ferait un cadeau à chacun, ce qui fit pas mal de cadeaux et augmenta le budget de la fête. Pour les quatre ans, le repas devint un véritable festin, en particulier le dessert où on inventa la « bûche de Joël », en mémoire du bûcheron.

Par contre, comme certains trouvaient que le visage de Joël impressionnait les enfants, on préféra une grande photo de lui prise avant l’incendie à sa présence réelle. C’était moins impressionnant. Pour les cinq ans, on fabriqua une réplique de la maison qui avait brûlé et on mit des bougies à l’intérieur pour rappeler l’incendie. Cela avait fière allure.

Pour les six ans, la fête s’étendit à tout le village. La « fête de Joël » était née. Un grand repas accompagné de chants, de danse eut lieu à la grande salle du village. Dans chaque famille on s’offrait des cadeaux et certains racontèrent aux enfants que c’était le « père Joël » en personne qui venait les glisser la nuit près de la cheminée.

Pour les sept ans, quelqu’un suggéra d’allumer une bougie les quatre dimanches avant la fête. Ainsi la « fête de Joël » durerait encore plus longtemps. Ce qui fut fait.

Pour les huit ans, on instaura plusieurs soirées d’achats avant la fête de Joël. Des artisans proposèrent de créer un véritable « marché de Joël » dans les rues dans lesquelles on installa des guirlandes et des sapins illuminés. Pour les neuf ans, la fête devint la principale fête de l’année. Même les écoles eurent congé. Et pour les 10 ans, on décida de faire encore mieux. La fête allait être retransmise à la télévision qui commençait à s’intéresser à ce phénomène.

La fête fut magnifique. Musique, danses, chorales, spectacle, et même quelques images d’archive sur l’incendie, chacun y allait de son animation pour les 10 ans de l’événement. Vers la fin du repas, la télévision demanda d’interviewer Julien et Joël. On expliqua que Joël, le bûcheron, ne participait pas souvent aux fêtes, mais on s’aperçut aussi que Julien n’était pas là. En fait personne ne l’avait vu depuis le début du repas.

La fête s’arrêta d’un coup, et les pires rumeurs circulèrent. Les gens paniqués, les pompiers, les policiers partirent à sa recherche. On retrouva Julien chez Joël, en train de rire et de jouer aux cartes. Joël et Julien reçurent les plus sévères remontrances pour avoir gâché la grande fête et personne n’écouta Julien quand il essaya d’expliquer :
— J’ai reçu cette semaine une carte de Joël me disant que j’étais le bienvenu chez lui quand je voulais. J’ai pensé que vous n’aviez pas besoin de moi et que c’était le meilleur moment pour lui faire une visite. Pour moi, c’était la plus belle fête depuis que je me rappelle…

Fin

Cette nouvelle a été écrite suite à notre concours de nouvelles sur le thème « Allégories chrétiennes » clôturé en mars 2018. Toutes les nouvelles sélectionnées à cette occasion sont regroupées dans un eBook intitulé « Le point commun » que vous pouvez télécharger gratuitement sur Amazon en cliquant sur l’image :Couverture3D.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s