Poésie

Rondeau du Bois Vert

Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants… Car, si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ?

(Luc 23.27-31)
Puisqu’on fit mourir le bois vert, Quel feu attend la poutre sèche  ? De l’innocent la branche fraîche, Est retranchée par des pervers ;
Trois fois percée d’un clou amer, Sa chair demande au cœur qui pèche  :Puisqu’on fit mourir le bois vert, Quel feu attend la poutre sèche  ?
Jésus ! Sauveur de l’Univers, Ton sang versé pour des revêches, Du jugement éteint les mèches, Ta vie triomphe de l’Hiver, Puisqu’on fit mourir le bois vert.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s