Poésie

Rondeau du Bois Vert

Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants… Car, si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ?

(Luc 23.27-31)
Puisqu’on fit mourir le bois vert, Quel feu attend la poutre sèche  ? De l’innocent la branche fraîche, Est retranchée par des pervers ;
Trois fois percée d’un clou amer, Sa chair demande au cœur qui pèche  :Puisqu’on fit mourir le bois vert, Quel feu attend la poutre sèche  ?
Jésus ! Sauveur de l’Univers, Ton sang versé pour des revêches, Du jugement éteint les mèches, Ta vie triomphe de l’Hiver, Puisqu’on fit mourir le bois vert.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s